Archives pour la catégorie Histoires alternatives

7ème récit : top départ le 31 janvier !

Notre proposition d’une initiative d’activisme écologique narratif postée il y a quelques jours dans ce blog a remporté beaucoup d’écho. La prochaine étape est en place : ce sera le 31 janvier au Forum 104 à Paris.

Le nombre de retours et de réponses enthousiastes montre que nous sommes convaincu.e.s de la nature profondément narrative du paradoxe qui existe entre la conscience croissante de l’effondrement systémique et la sidération collective qui nous transforme en lapins éblouis par les phares, regardant la catastrophe foncer sur nous sans bouger.

La prochaine étape , c’est d’en parler tous ensemble. Nous vous proposons donc une journée d’études le jeudi 31 janvier prochain, un peu sur le modèle du Forum Narréthique de l’année dernière.  Continuer la lecture de 7ème récit : top départ le 31 janvier ! 

Le 7ème récit : un projet d’activisme narratif écologique

Cela fait des années que nous discutons du « grand récit » qui pourrait construire le monde de la transition écologique. Non pas comme une guerre civile au rabais entre petits marquis poudrés et serfs en gilets jaunes, mais un véritable changement de  paradigme social.

Si c’est le récit qui produit le monde, comme le postule l’approche narrative, il nous manque un récit puissant, poétique et émotionnel pour produire le monde d’après. Comme le dit Thierry Groussin, la société marchande post-moderne nous donne le choix entre deux récits de l’après, aussi déprimants l’un que l’autre, « Mad Max » ou « business as usual ». Deux bons prétextes pour continuer à foncer vers le mur en ne faisant rien. Depuis quelques années, on voit l’avènement d’une nouvelle approche, la « collapsologie », qui nous présente l’hypothèse d’un effondrement systémique à court terme comme assez vraisemblable (voir à ce sujet le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens).

Continuer la lecture de Le 7ème récit : un projet d’activisme narratif écologique 

Où Cyrano de Bergerac prend position pour sa vie de poète

Par Catherine Mengelle.

Voici une magnifique carte de prise de position, sous la forme d’une tirade fameuse de la littérature française. Vous pouvez la lire ci-dessous, mais vous pouvez aussi écouter comment Depardieu s’en empare (voir sur Utube, tirade des Non merci).

On y trouve l’exposé du problème : Le Bret essaie de convaincre Cyrano de devenir le poète personnel d’un personnage influent, et peut-être même un nom : Lierre Obscur.

On y trouve un public, témoin de la scène : les Cadets.

On y trouve les effets de Lierre Obscur et on y apprend ce que Cyrano pense de chacun des effets : « Non merci ! ». On ne peut émettre plus claire évaluation des effets d’un problème !

Sait-on ce que cette évaluation dit de ce qui est important pour lui, comment il explique sa prise de position ? Mais oui : toute la fin de la tirade est dédiée à son identité préférée de poète.

Nom du problème, effets du problème, évaluation des effets, explication de l’évaluation, tout ça dans une tirade en vers de la littérature… la littérature et les histoires qu’elle raconte m’en apprennent toujours beaucoup plus que les livres de développement personnel. Continuer la lecture de Où Cyrano de Bergerac prend position pour sa vie de poète 

NARRATIVE KITCHEN

Fabrice AimettiUne série de « retellings » concoctés par notre Wikimaster Fabrice Aimetti à partir des mots et expressions d’un Groupe de 9 femmes (et un homme) d’origine étrangère que nous avons accompagnés dans le cadre du PLIE des Sources de Pessac (Gironde).

Ce groupe, « Sagesses de vie », a produit de nombreux récits identitaires et mosaïques d’expériences au cours de 10 réunions narratives qui se sont échelonnées de mai à octobre. Reconstruction d’un récit identitaire alternatif à l’identité problème de chômeur étranger, recettes de vie, représentations culturelles, projets vocationnels, etc. ont été en permanence au programme de ces rencontres sensibles, richement documentées par Fabrice. Voir ici son blog Chroniques Narratives.

FORMER AU MANAGEMENT OU FORMER AU COURAGE ?

Par Noëllyne Bernard

L’histoire collective est la suivante : Nombre de formateurs, de coachs, de consultants, de cabinets spécialisés, d’experts, de profs « forment » au management et bien sûr les entreprises achètent, les institutions dédiées financent, et les managers sont formés…

Dans cette histoire chacun, tente de croire ou pas, à l’efficacité, voir à l’efficience de la formation au management. La représentation de ces formations, commune à toutes les parties prenantes repose le plus souvent sur : Comment agir et communiquer avec les autres, en situation de management, Comment déléguer en motivant, Comment organiser le travail, son temps, Comment développer des comportements efficaces, Comment gérer ses émotions, Comment adapter le style de management à la situation, Comment donner du sens. Voir comment devenir un manager coach … Continuer la lecture de FORMER AU MANAGEMENT OU FORMER AU COURAGE ? 

UNE LEÇON DE RENÉGOCIATION DU RÉCIT

Judith est la fille d’une de nos collègues narratives. Elle se bat depuis toujours contre une histoire très puissante et très moche, qui a tendance à dévaster sa vie sociale : le poly-handicap.

Toute sa communauté a entrepris de parler différemment de Judith, avec la complicité de Julien Vergé, un créateur de dessins animés. Le résultat est là, un petit chef d’oeuvre d’intelligence, de poésie et d’émotion. « Sacrée Judith et le mur de la différence », ou comment faire un croche-pied à une sale histoire dominante et honorer les résistances… en 7 minutes.

UNE AUTRE HISTOIRE

Les cultures dominantes disqualifient les autres en les qualifiant de primitives et se qualifient elles mêmes de seule voie possible et de « vraie vie ». Mais il existe d’autres récits et des options différentes. Aider une histoire alternative à se déployer c’est à la fois respecter la volonté de ceux qui ont accepté de se raconter pour ne pas disparaître et proposer un exercice de décentrage qui rend très exotiques et parfois très pathétiques nos coutumes et nos pratiques. Seul, reste l’art, qui transperce et traverse l’humain avec une résonance universelle. Quelle leçon de civilisation, en effet !

Nouveau groupe narratif à Nantes

Une excellente nouvelle : notre amie et partenaire Sandrine Janssen, co-fondatrice de la Coop RH, lance son propre groupe de formation à l’approche narrative à Nantes, de façon totalement indépendante de la Fabrique Narrative mais dans le respect des intentions, de la posture et des pratiques que nous cherchons à y promouvoir. Nous lui souhaitons bonne chance et nous réjouissons de voir l’approche narrative se diffuser et grandir en France à travers ce type d’initiatives. Avec l’AREPTA et l’équipe de pionniers de Julien Betbeze (qui font venir Jill Freedman l’année prochaine, nous en reparlerons largement ici), Nantes devient décidément une cité narrative !

Le cycle d’initiation : Pour les coachs, thérapeutes et autres professionnels de la relation d’aide qui exercent en accompagnement individuel, je propose un cycle de 8 journées alternant formation et supervision.

La formation (4 jours) bien que théorique, laisse une large place à l’expérimentation. La supervision (4 jours) permet de partager sa nouvelle pratique dans un cadre bienveillant et collaboratif.

Attention ! Ces journées s’adressent uniquement aux personnes déjà formés à la relation d’aide quelque soit leur formation. Continuer la lecture de Nouveau groupe narratif à Nantes 

Qu’est-ce que le réel ?

google-recherche-temps-reelL’une de mes clientes me dit : « je me rends compte que j’ai passé ma vie à rêver ma vie au lieu de la vivre ».

Et aussi : « je n’ai jamais été en contact avec le réel ». Mais en termes d’approche narrative, cela a t-il un sens de distinguer d’un côté, une réalité solide et objective, comme une chaîne de montagnes immuable avec laquelle on pourrait être en contact, et de l’autre côté le rêve, c’est à dire une histoire fantasmagorique que l’on se raconte pour donner un sens à sa vie ? Pas sûr du tout…

Continuer la lecture de Qu’est-ce que le réel ? 

Un horrible conte de Noël

pere-noel-coca-cola-19311

Nicole dit que Michel ne sait pas choisir les cadeaux de Noël. Michel répond qu’il n’aime pas faire des cadeaux.

Je suggère alors que faire des cadeaux est un apprentissage qui passe notamment par le fait d’en recevoir, et que Michel n’en a peut-être pas souvent eu l’occasion. Avec beaucoup d’émotion, il me raconte l’histoire suivante qu’il date de ses 6 ou 7 ans : il venait d’un milieu assez pauvre et la tradition familiale était de ne pas faire de cadeaux à Noël. Un jour, pourtant, il trouve un paquet à son nom sous le sapin. Le coeur battant, il l’ouvre. Sous le papier cadeau et la ficelle brillante, il trouve… un martinet.

Continuer la lecture de Un horrible conte de Noël