Création d’un groupe sur « le nouveau récit européen »

Par Laurence d’Andlau. 

L’Europe joue sa peau sur les élections européennes. L’enjeu est considérable. Nous sommes à un moment où ce sujet devrait concerner tout le monde. Mais avant tout, l’Europe traverse une crise de récit. 

Il n’y a plus de récit européen qui corresponde à l’Europe telle qu’elle a été pensée et nourrie par les espoirs et les rêves de ses fondateurs, dans le monde tel qu’il est aujourd’hui. Je précise qu’un récit européen est différent d’une (grande) Histoire de l’Europe qui expose les événements, et tente d’en expliquer les enchaînements. Plusieurs Histoires de l’Europe coexistent mais aucune ne recrute.

Le récit européen d’origine est battu en brèche, c’est comme s’il n’existait plus. Le récit sur les valeurs est tombé : tombé le récit sur l’ouverture avec la crise de l’immigration, tombé le récit sur la prospérité avec les difficultés budgétaires, tombé le récit sur la solidarité et la fraternité également. Même si, rappelons-le, pris individuellement les gens sont souvent accueillants et généreux. Il reste et restera le récit sur la paix, ne l’oublions pas, nous avons eu 70 ans de paix, la plus longue période de paix en Europe (occidentale et centrale) depuis Jésus Christ.

Or nous avons besoin, absolument besoin d’un récit européen Car, en l’absence d’un  récit européen « ressemblantiel » qui rassemble, ce qui prend la place du récit européen, ce sont les récits nationaux « différentiels » sur  le thème : « nous sommes meilleurs que les autres, les autres sont des cons, nous sommes les meilleurs, nos solutions sont les meilleures ». En l’absence de récit européen, les vieilles histoires identitaires reviennent. Les histoires dominantes nationales prennent le dessus sur une histoire préférée européenne.

La question est :

Comment reconstruire un récit européen ? Qui peut le faire ?

Je vous propose de créer un groupe pour réfléchir sur ce sujet
Si vous êtes intéressé-e : ldandlau@gmail.com

2 réflexions au sujet de « Création d’un groupe sur « le nouveau récit européen » »

  1. Je n’y suis pas engagé, mais je suis intéressé et intrigué par la démarche de Diem25 https://diem25.org/manifeste-version-longue/

    Et en tant que praticien narratif, j’aime à croire que le fait que son inspirateur principal Yanis Varoufakis, l’ancien ministre grec des finances, soit moitié australien moitié grec n’y est pas pour rien !?

    Et la « raison-d’être-mini-biographie » de Yanis Varoufakis en 7 mots, en introduction de ce joli débat avec Noam Chomsky à la New York Public Library, est un bijou de nano-manifeste narratif : « dedicated to subverting dominant paradigms, economic and political ». Source : https://www.youtube.com/watch?v=szIGZVrSAyc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.