Médiation et approche narrative : les liaisons fructueuses

Par Andrée Zérah

Voici le compte-rendu de la conférence de Valérie Steiner sur l’approche narrative et la médiation.

Malgré les vacances scolaires à Paris, il y avait 23 présents plus Dina, Valérie et moi. La salle était pleine!  Après avoir brièvement retracé son parcours, Valérie a indiqué ce qui était à l’origine de son intérêt pour la médiation : sa détestation des conflits et une inclination naturelle à se positionner comme médiateur. Elle a ensuite souligné les 3-4 idées-force qui l’ont marquée dans la narrative et qui imprègnent aussi bien sa pratique du coaching que celle de la médiation.

  • ce sont nos histoires de vie qui façonnent notre identité et non l’inverse
  • certaines des histoires que l’on raconte sur soi viennent « saturer » notre vie, elles deviennent dominantes et étouffent toutes les autres histoires possibles.
  • L’idée alors n’est pas de tenter de faire disparaître le problème mais de le « dissoudre », c’est-à-dire de le réduire de manière à laisser émerger les autres histoires ;
  • enfin, règle d’or de la relation : le problème, c’est le problème, la personne, c’est la personne, la personne n’est pas le problème.

Toutes ces idées constituent une grille de lecture précieuse pour comprendre ce qui se joue dans une médiation. Mais la médiation a ses spécificités et parmi celles-ci, Valérie a particulièrement insisté sur :

  • la posture du médiateur : elle est très différente de celle du coach, là où ce dernier va chercher à créer une alliance avec le coaché et se positionner de manière décentrée mais influente, le médiateur va devoir être neutre, indépendant et impartial. En aucun cas il ne doit laisser transparaître son avis sur la situation : son rôle est de poser le cadre qui permettra à chacune des parties de pouvoir exprimer sa vérité et d’entendre la vérité de l’autre, puis éventuellement, après une phase indispensable de reconnaissance mutuelle des souffrances de chacun, de co-construire un accord. La médiation est donc une école d’humilité, car le médiateur doit se mettre en retrait.
  • la charge émotionnelle : elle est intense, et va crescendo jusqu’à un moment de blocage, et c’est là, selon Valérie que commence réellement la médiation.

A travers le cas d’une médiation entre une manager et sa supérieure hiérarchique, Valérie a ensuite expliqué le déroulement de la médiation, en s’appuyant sur les 4 phases décrites par Thomas Futiak (« la roue de Futiak » ) :

  • QUOI: exposé des faits
  • POURQUOI: émergence des problèmes
  • COMMENT: recherche des solutions
  • COMMENT + : détails de la solution retenue

avec, à la suite de la 2e phase, le passage indispensable par une reconnaissance mutuelle de la souffrance de l’autre.

Tout au long de la médiation le questionnement narratif a toute sa place, que ce soit par exemple avec des questions autour de l’absent mais implicite dans la 2e phase, ou l’externalisation du problème au moment de la reconnaissance mutuelle.

Valérie a conclu en insistant sur la nécessité de prolonger la médiation par un accompagnement individuel et/ou collectif pour rendre durable la résolution du conflit, et a partagé sa conviction que la médiation est intrinsèquement narrative.

Un débat riche s’est alors instauré avec les participants à la conférence dont certains étaient également médiateurs. Plusieurs pistes ont notamment été évoquées pour approfondir les possibilités d’utiliser la narrative en médiation.

Une belle soirée !

 

La prochaine soirée sera celle de Noellyne BERNARD: le Jeudi 22 novembre 2018: «  La poésie contre le Burn Out » 

Puis « la COUSINADE » avec Caroline TSIANG et Bertrand BAUDEZ, le Mardi 11 décembre 2018

 Lundi 25 Février 2019, ce sera Laure MAURIN: « Quand le corps prend la parole »

 

3 réflexions au sujet de « Médiation et approche narrative : les liaisons fructueuses »

  1. Merci Valérie de cette conférence superbe sur la médiation et les liens entre médiation et approche narrative. Je suis bien d’accord avec Frédérique que rigueur et clarté sont les caractéristiques du travail de Valérie.
    Merci Andrée de cet article si pertinent sur ce qu’a voulu transmettre Valérie.
    Je vous embrasse toutes les deux

  2. Merci pour excellent CR qui palie à mon regret de n’avoir pu assister à la présentation de Valérie, dont la clarté et la rigueur transparaît dans le propos d’Andrée.
    Bien à vous tous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *