NARRATIVE ET NEUROBIO : RENARRATIONS

Elizabeth Hawai

Impressions et commentaires après le séminaire de Marie-Nathalie Beaudoin à Paris…

Par Elizabeth Feld

Aloha à tous,

Marie-Nathalie Beaudoin nous a régalé pendant deux jours sur les avancées en neurobiologie et leur lien avec les Pratiques Narratives. Ce séminaire a réuni une trentaine de praticiens de différents approches (largement narraciens mais pas qu). Des personnes de notre communauté de la Fabrique et de nouvelles connaissances se sont réunis et de nouveaux liens se sont tissés.

Entre ses dons d’improvisation et le contenu de son discours, Marie- Nathalie a fait que les deux journées ont filé bien trop rapidement.

Comme je suis en train de vivre une histoire préférée à moi et suis attablée avec un thé devant l’océan Pacifique de la côté nord de Kauaï, je propose aux lecteurs qui ont participé à ces deux jours de co- construire cet article sur l’atelier et de partager soit sur:

  • Les mots, les expressions, les concepts qui vont ont le plus marqué
  • Les images que cela a suscité pour vous et comment ce séminaire est connecté à ce qui est important pour vous
  • Comment vous voyez le lien avec ce qu’à présente Marie- Nathalie et votre pratique, votre vie
  • Où est ce que le séminaire vous a transporté où vous ne seriez pas allé si vous n’aviez pas assisté.
  • :-). Autres réflexions. ..

Je veux bien lancer le débat :

Je reste avec quelques concepts clés pour moi.

-Le fait qu’un souvenir est ancré plus fortement lorsqu’il est associé avec un affect.

-L’idée du cerveau Lion et le cerveau à choix ( lion Brain and choice Brain). Le lion rugit quand on lui marche sur la patte, mais nous pouvons aussi réagir avec le cerveau à choix (le Neo-cortex)

– Que les histoires préférées sont fortifiées par des moments infusés par l’affect. Que si nous invitons nos clients à aller sur le paysage de l’action , nous pouvons les aider à fortifier les circuits neuronaux en les invitant à décrire l’expérience en termes qui incluent:

  • Les 5 sens
  • Les métaphores.
  • La température.
  • Les sensations corporelles et la densité du corps
  • Les couleurs…

– L’idée que le cerveau à tendance à retenir les émotions dites négatives.

– Les neurones qui déclenchent ensemble se réunissent et se fortifient (neurones that fire together wire together)

– le concept des circuits neuronaux: les super-autoroutes que sont les histoires dominantes et le concept qu’il faut aider le client à fortifier un réseau neuronal alternatif qui deviendra de plus en plus épais lors de chaque conversation de ré authoring, jusqu’à ce que le client arrive à ne plus choisir de prendre l’autoroute car le chemin alternatif est maintenant bien balisé et facile à trouver et à prendre…

– ou tout cela m’a transportée ou je ne serais pas allée si je n’y avais pas assisté?

Depuis, je ne mange plus de gluten 🙂

Bon je laisse la place aux autres pour partager avec ceux qui n’avaient pas pu y assister.

Mahalo et Aloha d’un pays merveilleux et néanmoins très marqué par la colonialisation d’une culture dominante sur une culture indigène et minoritaire en termes de pouvoir. Mais ceci est une autre histoire. …

 

 

4 réflexions au sujet de « NARRATIVE ET NEUROBIO : RENARRATIONS »

  1. En dépit des soubresauts de mon ordinateur et de l’impossibilité de faire marcher le code, j’aimerais vous raconter que pendant l’atelier de Marie-Nathalie , j’ai eu l’image de Michael White me prenant par la main dans un beau paysage inconnu.
    J’avais compris intellectuellement les questions et leur intention ; soudain je les vivais.

    Je crois qu’en soulignant l’importance des re-authoring chargés d’émotion positive, Marie-Nathalie m’a permis de faire bien plus attention à la présence ou l’absence d’émotion au cours d ‘une conversation et je me sens actuellement bien plus spontanée et proche des personnes avec lesquelles je travaille.

  2. Chère Z, j’en profite pour te souhaiter une jolie « ballade » au coeur de ton histoire préférée, à coup de « famous cup of tea » et de bains vivifiant dans le grand Pacifique…
    Bizzzzz de l’Atlantique humide !

  3. Me concernant, il y a un avant et un après ce séminaire. Il est ce qui me manquait, c’est à dire, « le chainon manquant » entre la pratique narrative et le travail thérapeutique. Ce qui est le plus important pour moi est qu’il contribue à donner du sens à mes accompagnements, car je comprends enfin pourquoi ça marche…ou pas 🙂
    De tous les séminaires organisés par La Fabrique », il est celui qui qui m’a apporté le plus en tant que psychothérapeute.
    Alors merci à toi Elizabeth et à Dina, nos deux organisatrices ainsi que Marie-Nathalie pour ce partage généreux de connaissances.

  4. Merci Z de lancer le sujet. En ce qui me concerne bien que n’ayant assisté qu’au 1er jour, je pense que la contribution de Marie-Nathalie (et de son collègue Jeff Zimmerman) est essentielle dans la mesure où elle relie le « software » (les histoires et la façon dont elles construisent notre capacité d’action) et le « hardware » (la compréhension des mécanismes cellulaires qui sous-tendent et rendent possibles ces processus). J’ai parfois été déconcerté par l’aspect structuraliste du propos (voire même essentialiste), je pense qu’un peu de transcodage vers la posture décentrée et des formulations externalisantes étaient très utiles. Il est vraisemblable que les recherches sur le cerveau aboutissent à rapprocher différentes traditions thérapeutiques, spirituelles et corporelles en gommant les frontières culturelles entre elles. Merci encore à toi et Dina d’avoir organisé ce workshop. Et aloha donc, j’ai passé la photo du paysage que tu m’as envoyé parce qu’à l’entrée de l’hiver crachineux et glacial, ça fait du bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.