Une Documentation poétique en gâteaux pour Thanksgiving

Antonia Benque nous a fait l’immense plaisir d’écrire cet article, « narratif » à plusieurs titres :

  • La démarche du processus de deuil en honorant sa mère.
  • Les écrits qui sont les hommages aux mères reçus (qu’elle n’a pas divulgués) qui permettent le remembering.
  • La documentation poétique exprimée de manière inédite par la pâtisserie.

Lorsque je suis arrivée aux Etats Unis, il y a plus de neuf ans, j’ai pris Thanksgiving comme l’opportunité de m’affranchir des obligations familiales qui vous font célébrer des évènements sans trop tenir compte de vos envies, ce qui accompagne bien une crise « dite de la quarantaine ». La famille là, à Palo Alto, nous n’en avions pas mais nous avions des amis, des amis de longue date d’ailleurs, qui aimaient célébrer cette fête américaine dans le respect des us et coutumes. Alors on a dit oui et depuis c’est avec plaisir que nous retrouvons ce groupe d’amis, huit familles, dont nous voyons au fil des années grandir les enfants et qui nous font sentir “belonging”, ce sentiment d’appartenance si nécessaire à tous ceux qui ont connaissent l’expatriation.

Thanksgiving (également appelée Action de Grâce), célébrée aux Etats Unis le 3ème jeudi de Novembre, est le férié le plus suivi aux Etats Unis. C’est une fête laïque qui a son origine en 1621 pour célébrer l’accueil des premiers pèlerins puritains britanniques par les Indiens Wampanoag du Massachusetts et pour célébrer l’abondance des récoltes suite à un hiver rude qui a coûté la vie à nombre de pèlerins. C’est une fête de remerciements.

Ce que j’aime à propos de Thanksgiving c’est que c’est à peu près le seul jour de l’année où l’Amérique s’arrête. La première puissance mondiale est à l’arrêt, juste la veille du jour de consommation le plus exubérant, “Black Friday”. A l’arrêt pour passer du temps en famille et entre amis. C’est le moment où les familles traversent tous les Etats pour se retrouver réunies et honorer les valeurs de la famille, d’hospitalité, des traditions, de partage et de gratitude.

J’aime les valeurs de cette fête.

J’ai réfléchi à comment contribuer à faire vivre ces valeurs et j’ai décidé, il y a maintenant 4 ans, d’offrir des gâteaux confectionnés par mes soins à ma communauté d’amis,  aujourd’hui communauté élargie représentant une centaine de personnes, et ce entre le 1er Novembre et le jeudi de Thanksgiving chaque année, sans demander aucune contrepartie aux personnes qui participent. Pour rendre l’exercice attractif, j’ai nommé l’évènement “Jeu Délicieux” et j’ai changé à chaque fois les règles d’obtention des gâteaux (le premier à répondre à mes messages, un tirage au sort,…). C’est très intéressant d’observer qu’autant les personnes ont du mal à recevoir un cadeau “sans raison”, autant l’organiser autour d’un jeu sélectif faisait des gagnants des personnes légitimes à recevoir ce même cadeau sans raison.

Mon jeu a fait beaucoup de bruit à Palo Alto et même à San Francisco et Berkeley car personne n’avait rien vu de semblable jusqu’alors. Tous attendaient le mois de Novembre avec l’impatience enfantine du jeu, des nouvelles règles, et bien sûr des merveilleux gâteaux !

Cette année, je me suis demandée si j’allais continuer pour la quatrième fois car ayant perdu ma mère le 8 octobre, j’avais plus besoin de m’occuper de moi que de m’occuper des autres. Mais malgré mes doutes, j’ai pris la décision de profiter du “Jeu Délicieux” pour honorer ma mère en honorant toutes les mamans. Et voilà ce que j’avais trouvé : demander à ma communauté de joueurs (toujours plus grande chaque année) de m’envoyer quelque chose à propos de leurs mères : un récit, une histoire, un poème, une anecdote, une chanson, une recette,…. peu importe, mais quelque chose à propos de leurs mères. C’est la première fois que je demandais une contrepartie et je m’interrogeais sur le nombre de personnes qui allaient y répondre. Je promettais de confectionner le gâteau que les hommages m’inspireraient.

Je n’ai jamais cru que cette nouvelle règle allait remporter un succès inégalé étant donné le nombre de témoignages reçus : 25 !

Je n’avais pas anticipé la ferveur des participants ni l’ampleur du mouvement. On parlait du jeu mais surtout des mères à toutes les occasions de rencontres, les dîners. Les conversations avaient pris un caractère plus intime et une dimension plus émotionnelle laissant place à plus de vulnérabilité. Je reçus des compliments et des remerciements d’avoir ouvert le flux de réflexions et prises de conscience et de témoignages d’amour qui constituent du « remembering ».

Je ne savais pas non plus que ça allait être pour moi un grand moment de connexion, d’émoi, de bouleversement intérieur, de communion, de résonance, de “dire bonjour à nouveau”. J’avais l’impression de faire vivre ma mère à travers ce qui ce produisait : la chaleur et la profondeur des échanges, la beauté et la créativité des offrandes, la générosité et le don de soi. Je la sentais vivre à travers ce que je faisais. Je me suis offert une avancée dans le chemin du deuil encore tout jeune.

Alors je ne vais pas exposer ici toutes mes créations mais quelques-unes.

Pour chaque hommage à la mère, j’ai confectionné un gâteau inspiré de l’écrit, la chanson, du tableau. Et j’ai offert ce gâteau à l’auteur avec quelques mots pour expliquer mon inspiration. En ce sens je peux dire que j’ai offert aux auteurs une documentation poétique en « gâteau ».

Michèle, maman de F.
Duel de Poire et Chocolat

Haute par son intelligence
Influente et influencée
Sensible et théâtrale
Sa voix est éternelle
Le duel est dans la relation père/mère, mis en scène par le goût (amertume du chocolat et douceur du caramel), et par la texture (la pâte brisée croustillante et les poires fondantes).
Le tout parsemé d’amandes, sa semence.

Soudabeh, maman de R.
Marches Intenses en chocolat

Soudabeh, c’est une histoire de courage, de persévérance, d’audace et de sacrifice.
Il a fallu en monter des marches de la vie, en monter, en descendre, en remonter…
Elle a su planter ses graines, et voilà. Ce sont des pistaches d’Iran.
Le chocolat noir c’est pour l’intensité. L’orange, c’est pour le goût parfois acidulé de la vie. Le cointreau, c’est la subtilité.
L’ensemble en vaut bien la peine. On peut l’admirer.

Sylvia, maman de N.
Pavlova d’Amour à la rose, pistaches et framboises.

Son silence est si fort qu’on l’entend encore, parfois.
Son amour n’avait pas besoin de mots pour leur dire.
Pourtant, elle savait bien les choisir, les mots. Sa plume était exceptionnelle.
Sa voix et ses rires résonnent encore au bout de la ligne, au bout du cordon… même s’il lui a fallu traverser des océans et des terres lointaines.
Présente par ses vibrations, les vagues.
Exceptionnelle par sa blancheur, délicate et fragile. (Meringue à la rose)
Les éclats de caramel rappellent ses cheveux d’or.
Le cœur vient honorer l’amour qu’on lui porte et celui qu’elle donnait, immense. Le coeur est multiple. Le coeur reste ouvert.
Généreuse, la chantilly est là pour le dire.
Coquette et joyeuse comme les framboises.
Femme libre
Femme
Mère
Héros
9 ans déjà

Minou, maman d’E.
Pensées en sablés délicats

Parfum d’enfance à la vanille
Les pensées sont là et elles s’expriment à son image.
Minou est une dame sensible, délicate et sophistiquée.
Attention, il faut pouvoir la toucher.

 

Sylviane, maman de Dan
Duchesse

Elle est là, distinguée à la hauteur de l’amour des siens.
Aimée de tous.
On la remarque.
Elle a laissé sa trace.
Le gâteau est sophistiqué, à la fois riche et subtil, plein de texture différentes, ce sont toutes ses expériences.
La vie est belle.

 

Gisèle, maman de C.
Infinite Love – choux vanille et caramel –

Gisèle, elle a souffert et on ne l’a pas assez vu.
Et pourtant elle était là si présente, à la fois si forte et si fragile.
C’est pas parfait, on le sait, c’est ok.
Battante, elle donnait tout, elle a tout donné.
Pleine d’amour, d’amour infini.
Aujourd’hui on en voudrait encore, ça ferait du bien.
Le choux à la crème rappelle sa douceur et la vanille les plaisirs de l’enfance.
Avec le caramel on passe à l’âge adulte. C’est doux et à la fois risqué.
L’infini ce sont ces transmissions de mère en fille des valeurs, de l’amour d’être une mère,..
Le point c’est indécis entre indépendance et solitude.
Qu’en dirais-tu ?

Eugenia, maman de Antonia
15 Novembre 2018

Une Amandine pour toi, Maman
Aujourd’hui c’est pour toi Maman
Je sais que tu aimes ce qui se passe. Tu vis ça bien.
C’est aussi grâce à toi, tu sais.
Aujourd’hui tu aurais eu 73 ans.
Aujourd’hui c’est pour toi,
Une amandine.
En souvenir de ce que tu aimais.
J’espère qu’elle est à la hauteur.
T’en penses quoi?

10 réflexions au sujet de « Une Documentation poétique en gâteaux pour Thanksgiving »

  1. Un grand merci pour ce « remembering » on ne peut plus narratif. Emotion sincère…
    Ma maman s’appelait Madeleine… petite friandise tendre et sucrée. Mais ce n’est pas ma maman.
    Elle était tendre et sucrée mais peut être qu’elle méritait d’être un Saint Honoré parce que sainte et honorée ? Non. Alors tarte Bourdaloue… c’est une tarte aux poires… Combien de fois ai je entendu dire de ma maman qu’elle était trop bonne… qu’elle était une poire ! Non.
    Ma maman mérite mieux ! Peut être un Paris Brest parce que c’est mon gâteau préféré.
    Maman serait elle l’être que j’ai aimé plus que tout autre ?
    Certainement, avant d’être à mon tour maman.
    Alors je me demande quel gâteau suis je ?
    Je ne vais pas attendre d’être morte pour le demander à mon unique fille.
    Pour l’autre, qui ne peut plus répondre, je me vois bien en chausson aux pommes… parce qu’elle adorait ça ! Croustillant dehors… chaud dedans…
    Dina je me souviens de l’évocation du couscous de ta maman… nos estomacs seraient ils narratifs ?

  2. Mille merci Antonia pour cette narration en mots, en images, en parfums et en saveurs. Tous les sens sont comblés ! Et le premier est celui du cœur. Tu sais si bien partager ce qui te touche. C’est un magnifique hommage à toutes les mères. La mienne aime les entremets et adore mon clafoutis aux cerises.

  3. Un article qui se lit entre les larmes. Délicatesse, émotion et extrême rigueur dans le travail narratif. Et une tarte aux pommes un peu cramée mais délicieuse pour ma maman à moi. 😍

  4. Wow! Antonia, Big Thanks for your thanksgiving message.

    Moi, qui n’aimait pas auparavant Thanksgiving, je la vois d’un oeuil nouveau, j’ai beaucoup apprécié ton récit/partage.

    Et surtout, surtout, quelle magnifique célébration multi-colore, multi-média; multi multi! C’est vraiment magique…
    Là, pour documentation poétique cum- cérémonie définitionnelle, c’est sublime.
    Merci d’avoir partagé avec tes poésies, tes créations culinaires, et ta magnifique générosité….

    Et que pourrait-elle dire , ta mère , si on lui demandait comment c’était pour elle de savoir qu’elle a inspiré tout cela en toi et chez tous les autres…?

    As-tu pensé à une version en anglais pour partager avec David Denborough?

    Bises, Elizabeth

  5. Une amie vient de me demander de lui recommander un livre sur les pratiques narratives, je cherchais lequel serait le plus parlant et je lis ton merveilleux récit et j’ai ma réponse. Je vais lui envoyer, elle pourra ainsi goûter au réenchantement. Merci (donnant), tu as aussi touché mon cœur d’americaine et permis de dire bonjour à nouveau à mon père et ma mère.

  6. C’est complètement bouleversant, gourmand, émouvant, et nouveau. C’est absolument magique ! Merci Antonia ! Ça te ressemble fort 🙂
    NB et ma mère était si gourmande, elle en sourirait certainement !

  7. Merci Antonia. Je suis très touchée par ton partage. Quelle belle manière d’honorer les mamans. Je pense à la mienne et au gâteau qui pourrait la symboliser. Et me vient à l’esprit les brioches d’Afrique du Nord que l’on appelle les Mounas. Elles sont tendres, sucrées et sentent bon la fleur d’oranger. Bise

  8. Magnifique ! Que d’amour , de délicatesse, de générosité, de poésie. Touchée au coeur. Je ne te connais pas Antonia mais donne envie de te connaître . Je me demande encore quel gâteau si généreux et si tendre je pourrais te faire. .. Avec mes pensées les plus affectueuses

  9. Quelle délicieuse façon de s’approprier
    Une fête bien connue pour la faire sienne
    Où la consommation s’arrête
    PAUSE !
    Pour se retrouver
    Au coin du feu, en pensées,
    Autour d’une table avec invités
    Jeu délicieusement créé
    Pour aller à ta rencontre
    Et cette année en exclusivité
    À la rencontre de ta Mère aimée
    La tienne, la mienne, la nôtre
    Douceurs sucrées
    Souvenirs guimauves
    Émotions chocolat
    Liens caramels

    Et si ta maman était un gâteau, lequel serait-il Antonia ? Lequel goûter en son honneur, en sa mémoire ? Un peu dans tous ceux que tu as confectionnés par amour, mère pâtissière ?

    Mère-veilleux !

    Cela me fait penser à l’histoire de Grand-mère Sucre et Grand-père Chocolat : https://youtu.be/JY4SVp3heMQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *