APPEL À CONTRIBUTIONS POUR LES 2èmes JOURNÉES NARRATIVES FRANCOPHONES

manufacture-des-tabacs-une-reconversion-reussie
Photo Ouest France

Les 2èmes Journées Narratives Francophones se tiendront à la Manufacture des Tabacs de Nantes les 3 et 4 juin 2016.

Ce panorama des pratiques narratives francophones a pour ambition de réunir l’ensemble des professionnels de l’accompagnement qui utilisent les idées narratives dans leur pratique. Les pratiques narratives bien que récemment introduites en terre francophone ont déjà fait du chemin et constituent désormais une perspective clinique et politique incontournable. Ce congrès propose de visiter le panorama des pratiques narratives à travers une perspective épistémologique postmoderne. 

La multiplicité des situations et des contextes de pratiques ainsi que les narrations dominantes et minoritaires du socius d’aujourd’hui, créent des occasions pour reconsidérer le contrat social qui lie les uns aux autres, et envisager des préférences de vie. Si la pratique narrative s’effectue localement entre quelques personnes, elle a un impact plus global. C’est cette réflexion que nous souhaitons stimuler durant ces rencontres dans l’espoir de contribuer ainsi à donner du sens à cette multiplicité.

Soumission et sélection des contributions :

  • La langue de communication est le français.
  • Chacune des communications orales durera 45 minutes (inclus 10 minutes de discussion).
  • La présentation d’une communication ne doit en aucun cas prendre la forme d’une lecture d’un texte écrit.
  • Toutes les propositions de contribution (communication orale en plénière 45min, atelier 1h30, et posters) devront être adressées au comité scientifique au plus tard le 15 Décembre 2015.
  • Le texte des propositions ne devra pas dépasser 1000 caractères (espaces compris).
  • Chaque proposition devra être précédée d’un titre et suivie d’une liste de mots clés et d’un bref CV de l’auteur ou des auteurs de la contribution.
  • Le comité scientifique sélectionnera les contributions en prenant en compte l’originalité et la pertinence des propositions.
  • Les réponses relatives aux contributions acceptées seront envoyées aux auteurs pour le 15 février 2016.

Calendrier :

  • 15 décembre : date limite de réception des propositions de contributions à envoyer à l’adresse suivante :

lesnarratives@gmail.com

  • 15 février 2016 : réponse du comité scientifique
  • 3 et 4 juin 2016 : tenue des 2ème journées narratives francophones au palais des congrès de Nantes

Comité scientifique :

Coordinateur : Rodolphe Soulignac (Genève).

Membres : Serge Mory (Aix en Provence) ; Julien Betbeze (Nantes), André Grégoire (Montréal), Thomas Will (Genève), Pierre Blanc Sahnoun (Bordeaux).

 

 

 

 

 

  1. Panorama des pratiques narratives francophones

 

 

Les deuxièmes journées narratives francophones se tiendront les 3 et 4 juin 2016 à Nantes.

 

Se réuniront l’ensemble des professionnels de l’accompagnement qui utilisent les idées narratives dans leur pratique.

Les pratiques narratives bien que récemment introduites en terre francophone ont déjà fait du chemin et constituent désormais une perspective clinique et politique incontournable.

 

Ce congrès propose de visiter le panorama des pratiques narratives à travers une perspective épistémologique postmoderne.

La multiplicité des situations et des contextes de pratiques ainsi que les narrations dominantes et minoritaires du socius d’aujourd’hui, créent des occasions pour reconsidérer le contrat social qui lie les uns aux autres, et envisager des préférences de vie.

 

Si la pratique narrative s’effectue localement entre quelques personnes, elle a un impact plus global. C’est cette réflexion que nous souhaitons stimuler durant ces rencontres dans l’espoir de contribuer ainsi à donner du sens à cette multiplicité.

 

 

 

 

  1. Soumission et sélection des contributions :

 

  • La langue de communication est le français.
  • Chacune des communications orales durera 45 minutes (inclus 10 minutes de discussion).
  • La présentation d’une communication ne doit en aucun cas prendre la forme d’une lecture d’un texte écrit.
  • Toutes les propositions de contribution (communication orale en plénière 45min, atelier 1h30, et posters) devront être adressées au comité scientifique au plus tard le 15 Décembre 2015.
  • Le texte des propositions ne devra pas dépasser 1000 caractères (espaces compris).
  • Chaque proposition devra être précédée d’un titre et suivie d’une liste de mots clés et d’un bref CV de l’auteur ou des auteurs de la contribution.
  • Le comité scientifique sélectionnera les contributions en prenant en compte l’originalité et la pertinence des propositions.
  • Les réponses relatives aux contributions acceptées seront envoyées aux auteurs pour le 15 février 2016.

 

 

 

 

  1. Calendrier :

 

  • 15 décembre : date limite de réception des propositions de contributions à envoyer à l’adresse suivante :

 

lesnarratives@gmail.com

 

 

  • 15 février 2016 : réponse du comité scientifique

 

  • 3 et 4 juin 2016 : tenue des 2ème journées narratives francophones au palais des congrès de Nantes

 

 

 

 

Comité scientifique :

Coordinateur : Rodolphe Soulignac (Genève).

Membres : Serge Mory (Aix en Provence) ; Julien Betbeze (Nantes), André Grégoire (Montréal), Thomas Will (Genève), Pierre Blanc Sahnoun (Bordeaux).

 

 

4 réflexions au sujet de « APPEL À CONTRIBUTIONS POUR LES 2èmes JOURNÉES NARRATIVES FRANCOPHONES »

  1. Merci Martine, et merci mille fois pour le ton de ta “nano” rebellion.
    Merci Pierre pour relayer ici l’idée des échanges que nous avons eus par email et pour les questions que tu te poses. Ce ne sont pas en effet des questions “has been” ou des histoires de femmes “mal baisées”.
    Lu dans Libé hier soir :
    Les femmes artistes et le soupçon d’hystérie, Johanna Luyssen :
    http://next.liberation.fr/arts/2015/10/18/les-femmes-artistes-et-le-soupcon-d-hysterie_1406741
    Mais comment parler de ces sujets sans fâcher les hommes avec lesquels nous travaillons, que nous apprécions, et auxquels nous reconnaissons, tout comme aux femmes avec qui nous travaillons, des qualités complémentaires aux nôtres ?
    Je voudrais pourtant reprendre ici les propos d’Héloïse Letissier (Christine & the Queens), rapportés par Johanna dans l’article : C’est curieux comme la moitié des papiers qui relaient mes clips attribuent toujours mes idées aux hommes avec qui je collabore”.
    Et j’aimerais rendre hommage à Michael White pour sa capacité à reconnaître dans les paroles des hommes et des femmes l’influence insidieuse des discours masculins dominants.

  2. Bon, c’est la deuxième fois qu’on se fait allumer (avec talent les deux fois) sur le sujet. La première, c’était bien évidemment Catherine Mengelle à qui ce paradoxe n’a pas échappé. Je trouve ça intéressant. Au départ, ce groupe devait s’appeler “comité narratif”. Le terme “scientifique” se réfère aux revues de thérapie familiale “sérieuses” et aux colloques “sérieux”. Il y a peut-être l’intention de travailler “professionnellement” et l’idée sous-jacente que les pratiques narratives, qui ont dérivé en France vers le coaching (voire même dans une certaine mesure “ont -peut-être- été contaminées” par le coaching) et qu’on doit les considérer comme une pratique thérapeutique qui obéit donc aux codes des pratiques thérapeutiques pour avoir leur place à la table des thérapies “sérieuses” ou “reconnues”, et aussi avant tout comme une pratique d’essence thérapeutique, répondant en cela aux préoccupations de quelqu’un comme Serge Mori qui revendique la reconnaissance de cette racine thérapeutique dans les PN (tout en accueillant très ouvertement la contributions des coachs au champ de recherche).
    Lors de la dernière soirée que nous avons passées avec Jill, au restaurant de poissons “le Merci !” à Bègles, nous lui avons demandé Laure et moi ce qui l’avait étonnée ou frappée dans notre communauté narrative. Elle nous a répondu qu’à sa connaissance, c’était la seule communauté narrative au monde où l’on voyait se côtoyer thérapeutes et coachs sans que cela ne pose de problèmes. Je crois que nous ne sommes pas assez conscients de ce petit miracle que nous sommes en train de construire : une communauté où peuvent se croiser médecins, thérapeutes, coachs et artistes autour des idées narratives et des applications qu’ils en font. Et vraisemblablement, c’est cette diversité là à laquelle nous sommes le plus attentifs, ce qui nous amène certainement à avoir un angle mort sur d’autres diversités qui deviennent minoritaires. Nous essayons également de respecter une répartition de la charge de travail entre les membres des “Repasseurs” qui font tous ça en plus du reste. Et aussi de répartir entre les villes et les régions. Bref ce sont quelques idées qui sont pour moi liées au fait que nous avons laissé passer ce comité scientifique qui évoque apparemment la Royal Geographical Society de Londres avec des messieurs à barbiche et fixe-chaussettes.
    Pour autant, en ce qui me concerne, je partage tout avec Catherine, Z et Dina. Je sais que Serge travaille de façon permanente avec Séverine. Rodolphe avec Charlotte. Je veux dire par là que si les femmes n’apparaissent pas dans ce comité (de façon qui peut effectivement poser question), leur voix n’est pas absente, tant s’en faut, de la conversations sur les sujets de fond, les conférenciers et les ateliers. Ouf ! L’essentiel est sauf. Quant au comité, je me retourne vers les Repasseur-se-s pour leur demander s’il leur semble suffisant de garder ces idées proches de nous et cette conversation ouverte pour garantir l’accountability de notre groupe ou si cette accountability doit se refléter de façon manifeste par une composition différente des commissions (mais alors, quid d’autres voix minoritaires telle que queer par ex. ?) La conversation est ouverte en tout cas et merci à toi Martine de l’avoir ouverte, elle me semble passionnante.

  3. Bonjour cher Comitė Scientifique ! Serait-ce qu’un comité scientifique est un nom masculin et que pour être certain de respecter les déclinaisons, tu préfères être composé d’hommes ? Serait-ce que tu crois que les hommes ont un cerveau plus scientifique que les femmes et que c’est super important d’être scientifique quand on est un comité (joke. Je parle au Comité, pas à ses membres) ? Ou que les femmes apprécient moins les comités ?
    En tout cas, je te remercie de me permettre d’agir tel que nous l’a cité Jill Freedman… En criant bas et petitement à la micro ou nano agression 🙂
    La parité aurait rendu hommage à nos recherches permanentes d’équité et de sortie des schémas dominants. Ainsi qu’un comité scientifique, philosophique et photographique.
    Ceci dit Messieurs, merci de vous y être collés ! Bon courage pour votre travail de sélection. Au plaisir de nous retrouver à Nantes. Et imaginez je vous prie mon sourire amusé en lisant ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.