Le 7ème récit : un projet d’activisme narratif écologique

Cela fait des années que nous discutons du « grand récit » qui pourrait construire le monde de la transition écologique. Non pas comme une guerre civile au rabais entre petits marquis poudrés et serfs en gilets jaunes, mais un véritable changement de  paradigme social.

Si c’est le récit qui produit le monde, comme le postule l’approche narrative, il nous manque un récit puissant, poétique et émotionnel pour produire le monde d’après. Comme le dit Thierry Groussin, la société marchande post-moderne nous donne le choix entre deux récits de l’après, aussi déprimants l’un que l’autre, « Mad Max » ou « business as usual ». Deux bons prétextes pour continuer à foncer vers le mur en ne faisant rien. Depuis quelques années, on voit l’avènement d’une nouvelle approche, la « collapsologie », qui nous présente l’hypothèse d’un effondrement systémique à court terme comme assez vraisemblable (voir à ce sujet le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens).

Les narratives ont une contribution essentielle à apporter à la compréhension de ce paradoxe de sidération consciente. Des praticiens narratifs inspirés comme Caroline Gervais, Olivier Perrin  ou Natacha Rozentalis font rimer depuis longtemps développement durable et pratiques narratives. La rencontre de Grégory Poinsenet nous donne l’opportunité d’aller un pas plus loin. Grégory est un activiste de la narration liée à la transition écologique, il a notamment créé un site web hilarant et désespérant, « sorry children« , générateur d’excuses  destinées aux générations futures pour excuser notre passivité alors que l’on savait. Fondateur du Cabinet Moot Points, il propose des conférences « électrochocs » pour promouvoir la prise de conscience parfois brutale, toujours salutaire, des enjeux climatiques à court terme.

Le projet que nous sommes en train de construire consiste donc à réunir une cinquantaine de praticiens et praticiennes narratifs autour de l’idée du 7ème récit, c’est à dire de la mise au point d’une contre-histoire qui puisse s’infiltrer dans les Big Six et sortir de l’hypnose économique insidieuse qu’elles distillent. Ce serait sur une demi-journée ou une journée au printemps prochain, à Bordeaux ou à Paris, dans l’esprit du Forum Narréthique de l’année dernière, avec en ouverture, la conférence électrochoc de Greg et un rappel des Big Six* et ensuite un temps d’atelier sur la recherche de pitchs de contre-histoires puissantes.

Nous cherchons quelques personnes passionnées par le thème pour nous rejoindre dans la (petite) équipe d’organisation. Nous essayons aussi de savoir si le sujet vous intéresse et si a-priori on vous tient au courant de la suite… Envoyez-nous un mot en commentaire ou sur pbsh.coach@gmail.com. On ne pourra pas dire qu’on n’a pas essayé !!!

Pierre Blanc-Sahnoun

* Les « Big Six » est le nom que nous avons donné aux 6 histoires dominantes qui influencent la vie économique et la vie tout court, fondant une sorte de catéchisme des entreprises : Performance, Profit pour l’actionnaire, Conformité, Compétition, Croissance éternelle et Transformation permanente. 

27 réflexions au sujet de « Le 7ème récit : un projet d’activisme narratif écologique »

  1. Bonjour à tou.te.s,

    Parmi les nombreuses lectures inspirantes pour un nouveau Récit, je suggère :
    * « L’économie Symbiotique » d’Isabelle DELANNOY (chez Actes Sud)
    * « Petite histoire commentée du rapport de l’Homme à la nature » : https://bit.ly/2QwWcbV

    Dans la 1ère, je trouve très riche la métaphore de l’humanité comme « catalyseur » de la biosphère.

    La seconde aborde notamment le rapport de l’humain à la nature selon le modèle de « la Spirale Dynamique ». Même si on n’adhère pas au référentiel, la lecture inspire de nouveaux récits.

    Cyril

  2. Bravo pour l’initiative, elle est lumineuse et donne de l’énergie.
    L’approche narrative contient une dimension politique qu’il est grand temps d’explorer en tant que citoyen et de porter en tant que praticien.

  3. Je vous recommande aussi cette présentation de Yuval Noah Harari qui fait le lien entre les fictions, notre spécificité humaine et nos façon d’agir. Brillant et à regarder jusqu’à la fin pour un petit bonus concernant son nouveau livre…

  4. Très belle idée Pierre. Je ne me sens pas assez activiste narratif pour participer mais je suis intéressée pour avoir une suite à cette belle action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *