Archives du mot-clé David Epston

Des questions qui sauvent des vies

Par Pierre Blanc-Sahnoun

Beaucoup de thérapies autorisent que l’on écrive sur les personnes qui elles, en revanche, n’ont pas tellement le droit de changer le texte qui parle d’elles. « Contribuer au développement d’une histoire riche est l’acte le plus thérapeutique qui soit », nous a dit David Epston lors de sa master class d’octobre dernier.

Quelle est la différence entre une histoire riche et une histoire pauvre ? Comment certaines histoires s’y prennent-elles pour rétrécir les autres et à l’issue d’une sorte de duel, conquérir notre loyauté ? Dans un procès, ce sont les jurés, ou le juge, qui en dernier ressort, décident au nom de la communauté, de la « vraie histoire ». Comment contrer l’histoire de l’accusation ? Parce que c’est ce que nous, praticien.ne.s narratif.ve.s, faisons tout le temps. Comment vous y prendriez vous, en tant qu’avocat.e.s pour contester la version du procureur et la description identitaire de l’accusé comme un « criminel » ? Pour établir que la personne n’a pas pu faire cela parce que ça ne correspond pas à son personnage ? Il y a beaucoup à apprendre de ces avocats marrons qui arrivent à faire acquitter des gens dont tout le monde sait qu’ils sont coupables. Ils arrivent à faire « raisonnablement douter » le jury. Le doute raisonnable : un début d’enrichissement de l’histoire du client, déjà l’esquisse d’une plaidoirie. Notre métier est d’influencer le verdict. David dit : « Nous aidons nos clients à devenir de meilleurs écrivains. Pour cela, il faut déjà le devenir nous-mêmes. Donc savoir manier ce qui fait une bonne histoire : le mystère, l’intrigue, les rebondissements. (Citant Michael White) Engager l’intérêt, puis la curiosité, puis la fascination pour leur propre vie. Dire que si quelqu’un est digne de respect, c’est qu’il possède des valeurs auxquelles nous devons le respect. »

Continuer la lecture de Des questions qui sauvent des vies 

Un exercice périlleux suite à la Master Class de David Epston

Par Isabelle Molard

white_t_shirtIWP ? Est-ce que cela vous dit quelque chose ?

Ou bien Insider Witnessing Practices ? Est-ce que cela vous aide davantage ?

Alors, je me lance dans l’exercice et que David soit indulgent sur les dérives que je vais faire en me prenant pour lui.

Le praticien narratif (PN) ou le Pierre Narrateur (si je peux me permettre de l’emprunter) :

Isabelle, avant toute chose, sache que ce que tu vas écrire sera vu par David, c’est pour lui que tu le fais, il pourra ensuite s’il le veut faire un retour sur ce qu’il pense qui est vrai dans ce que dit le David d’Isabelle et ce qui ne lui semble pas vraiment juste dans ses propos. Il pourra aussi dire ce que ces propos lui inspirent pour sa propre vie, vers quoi cela l’amène à penser.

Donc, si tu étais David et en parlant comme si c’était lui qui parlait, que peux-tu nous dire de ces 3 jours à Bordeaux et de ton expérience de conférencier ? Continuer la lecture de Un exercice périlleux suite à la Master Class de David Epston 

Lettre à D. Histoire d’un amour

Par Catherine Vérilhac

andre-gorz-lettre-a-dJe partage avec vous, un petit bout de ce joli livre d’André Gorz que je viens de lire, Lettre à D. Histoire d’un amour.

Il y écrit sur l’amour bien sûr, et c’est de son amour dont il parle, c’est donc narratif, à double titre si je puis dire :

« J’ai eu beaucoup de difficultés avec l’amour (auquel Sartre avait consacré environ trente pages dans L’Etre et le néant) car il est impossible d’expliquer philosophiquement pourquoi on aime et veut être aimé par telle personne précise à l’exclusion de toute autre ».

Plus loin il poursuit en parlant de son amour :

« … montrer comment mon amour pour toi, mieux : la découverte avec toi de l’amour, allait enfin m’amener à vouloir exister ; et comment mon engagement avec toi allait devenir le ressort d’une conversation existentielle », « … l’amour doit mépriser l’argent ».

Il évoque aussi, plus loin, ses valeurs et ses engagements et notamment à propos de l’acquisition d’une automobile :

« Elle ne nous a pas empêchés de tenir la motorisation individuelle pour un choix politique exécrable qui dresse les individus les uns contre les autres prétendant leur offrir le moyen de se soustraire au lot commun ». Continuer la lecture de Lettre à D. Histoire d’un amour 

3ème et dernière journée de la Master Class avec David Epston

Aujourd’hui, David a partagé avec nous un exemple complet d’Insider Witnessing Practices (tentatives de traduction : pratiques du témoin intérieur ou pratiques de l’autre internalisé, …). Des moments riches en émotions !

qui où quand

Par Martine Compagnon

Canari dans la mineQui pouvait m’apprendre
Que la femme squelettique
Dont les os griffent mes yeux
Était en fait un « canari »
Dans ma mine
Capable de me protéger ?
Être si sensible
Destinée à me montrer
Les messages dangereux
Dont je peux me préserver…

Où pouvais-je chercher
À la lecture des « radicalisés »
Pour quel joyau
Très personnel
Au nom de quelle valeur
Pour moi si belle
Je serais tentée
De tout faire sauter ?

Quand prendre le temps
De retrouver
En moi
Ou chez mes grands parents
Les messages
Entendus enfant,
Qui me parlent d’apprendre
Auprès des « non sachants » ?

Martine

Qu’est-ce qu’une bonne histoire ?

Par Martine Compagnon.

Keep calm and tell a storySi « le fait de contribuer à enrichir une histoire alternative est ce qui se fait de plus thérapeutique » – d’après Michael White – , comment pouvons-nous nous exercer d’une part à écouter et questionner de façon à la faire émerger (« listen for a story » vs « listen to a story »), d’autre part à distinguer ce qui fait d’une histoire, une bonne histoire ?

Cette question a occupé la première matinée de la Master Class de David Epston à Bordeaux.

Par petits groupes, nous avons listé les ingrédients d’une bonne histoire : suspens, mystère, aléa, personnages imprévisibles, chute, usage des sens… Acquiesçant avec l’idée que nous savions tou.te.s en reconnaître une immédiatement au moment où nous l’entendons…

Ces échanges ont créé des liens dans mon esprit avec l’art des conteur.se.s. Je partage donc ce que j’aborde généralement dans les ateliers de conte que j’anime. « Nous » signifiera donc dans le texte « le conteur » ou « la conteuse ». Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une bonne histoire ? 

Master Class David Epston en octobre 2016

Master_Class_David_Epston_Bordeaux_2016Les membres de La Fabrique Narrative préparent avec enthousiasme la Master Class David Epston qui aura lieu les 17, 18 et 19 octobre 2016 à la Maison de la Promotion Sociale (Campus Atlantica depuis peu) à Artigues-près-Bordeaux.

Nous sommes victimes de notre succès et de notre enthousiasme : 80 inscrits.

Nous sommes donc retourné.e.s visiter les locaux. Il apparaît difficile de faire tenir 80 personnes dans les salles du bas que nous connaissons déjà. Nous n’avons pas identifié de moyen simple de disposer de deux écrans pour que tout le monde puisse bien voir les vidéos et… les chaises sont un peu spartiates.

mps-salle-de-conferenceNous avons donc visité la salle de conférence (photo à gauche et édifice en rouge sur la carte ci-dessous) et nous avons été conqui.e.s ! La salle est climatisée, sonorisée, équipée du wifi, les sièges sont hyper confortables, il y a une excellente visibilité sur l’écran vidéo, un vestiaire et le hall extérieur est mis à disposition pour les exercices en groupe, voire même y installer la librairie Satas. Nous faisons ce choix pour que vous soyez dans les meilleures conditions possibles.

Au fait, la salle a une capacité de 250 places. Si vous étiez sur file d’attente, vous devriez recevoir un message de notre chère Kate. Si cette nouvelle vous aide à franchir le pas, manifestez-vous, le site est magnifique et vous pouvez loger sur place !

campus-atlantica

Nous rappelons les horaires :

  • 17-oct. : 10h30 – 18h30
  • 18-oct. : 09h00 – 17h30, suivi à partir de 18h d’un apéritif dinatoire en compagnie de David Epston
  • 19-oct. : 09h00 – 16h30

Lien vers le plan d’accès à la Maison de la Promotion Sociale