La contribution des idées narratives contre la perte de sens dans le champ du travail social

Un article écrit par David Prégat.

Mythe de Chiron.

« Je ne suis pas Pôle Emploi ! Moi je suis de l’ANPE ! Quand on a changé, j’ai perdu tout ce que j’aimais. Les ateliers avec les demandeurs d’emploi… tout ça. On avait le temps d’échanger. Maintenant j’ai un écran, un fichier et un planning d’entretiens. Je ne fais plus mon métier ».1

Incomplétude, perte de sens, culpabilité, sentiment d’impuissance et lassitude sont des phénomènes bien connus des travailleurs sociaux. A bas bruit, ils innervent les pratiques, affectent les relations, et sont une source d’usure professionnelle non négligeable. A l’extrême, ces phénomènes prendront la forme de crises qui ébranleront profondément les communautés de travail, l’identité des organisations, jusqu’à impacter significativement l’oeuvre même d’accompagner.

Continuer la lecture de La contribution des idées narratives contre la perte de sens dans le champ du travail social 

10 ans de Fabrique Narrative

Hier 4 avril 2019, exactement 11 ans jour pour jour que Michael White est parti faire du vélo dans les étoiles. Également 10 ans jour pour jour que la Fabrique Narrative existe. Michael, il avait exactement l’âge que j’ai aujourd’hui au moment où j’écris ces lignes. Nous avons créé la Fabrique pour partager les idées auxquelles il nous a initié.e.s. En 10 ans, que de belles histoires, que de fiertés ! Toute une communauté de praticiens et de praticiennes qui utilisent les idées narratives dans toutes sortes de contextes, des formateurs et formatrices passionné.e.s, une dizaine de livres écrits ou traduits et publiés, la participation à la création de la Fédération Francophone des Pratiques Narratives, un mouvement européen de parleurs et de parleuses de français autour de notre approche, des visites de David Epston, Cheryl White, David Denborough, Jill Freedman, Peggy Sax, et tant d’autres références du domaine. Et toujours l’idée de garder vivant l’ « esprit d’aventure » cher aux fondateurs, l’engagement dans les idées politiques aux côtés des invisibles, l’éthique du coeur, la reconnaissance de l’émotion et de la résistance, la culture de la dignité et de la poésie. Joyeux anniversaire, la Fabrique et en route pour dix ans de plus !

Densifier le présent, actualiser le passé

Par Patrice Gilly

Patrice continue à partager avec nous ses expériences narratives dans l’accompagnement de personnes luttant contre la maladie d’Alzheimer. Passionnant et bouleversant retour du langage.

Un mois déjà passé à retisser une continuité narrative avec des personnes désorientées, atteintes de la maladie d’Alzheimer. Geste après geste, mot après mot, les récits s’emboîtent,  vaille que vaille, empreints d’émotions et de désir de dire. Ce jour-là, Sylvain nom d’emprunt) était déterminé à exprimer son tourment, ce qui lui a mis « la folie dans sa tête », selon ses propres mots. Au terme d’une séquence inénarrable, il a réussi à me faire sentir la peine qui le tient à l’écart de la communauté.  Comment cela a-t-il pu se produire ? Les  préalables sont importants.

Continuer la lecture de Densifier le présent, actualiser le passé 

Le mariage, une histoire qu’on se raconte ?

Une conférence de Clémence Aurore, le lundi 15 avril à Paris, dans le cadre des « Soirées d’Andrée ».

Parfois, des amoureux la consultent en vue de préparer leur mariage. Ces couples aimeraient concevoir une cérémonie d’engagement (généralement laïque) qui leur ressemble. Mais pour dire quoi ? Et par où commencer pour la concevoir ?
Et d’abord, pourquoi se marier quand on vit parfois sous le même toit depuis de nombreuses années ? C’est en cherchant à répondre à ces questions que, depuis 2014, Clémence propose un accompagnement narratif à ces amoureux. Elle y invite les futurs mariés à devenir auteurs et acteurs de leur cérémonie d’engagement. Elle les aide à construire des cérémonies définitionnelles de mariage.
Continuer la lecture de Le mariage, une histoire qu’on se raconte ? 

De l’ombre du problème à la lumière de l’identité : une doc narrative vocale

Par Natacha Sels. 

Enregistrer un conte et l’envoyer à sa cliente : une option poétique originale qui parle directement à notre enfant intérieur ! 

Actuellement en formation avec la Fabrique Narrative, j’ai reçu Emilie qui est venue pour débloquer une situation dans sa vie professionnelle. Je lui ai proposé une séance d’externalisation. J’avais pris des notes dans mon cahier, mais nous n’avions pas de paperboard et Emilie a exprimé le fait qu’elle aurait aimé repartir avec « quelque chose ». J’ai alors remis mes notes en ordre, me demandant sous quelle forme les lui restituer. L’idée d’un conte s’est invitée. Je l’ai écrit puis enregistré et envoyé à Emilie.

Continuer la lecture de De l’ombre du problème à la lumière de l’identité : une doc narrative vocale 

Neurophysiologie des Big 6

Par Pierre Blanc-Sahnoun

Dans « Le bug humain », un petit livre passionnant et très bien documenté, Sébastien Bohler, Docteur en neurosciences, nous explique comment les processus neurologiques de notre cerveau bloquent notre capacité à faire face de façon efficace au changement climatique. 

Ce qui est passionnant, c’est que chacun des angles morts et des biais hérités de notre évolution et qui aujourd’hui nous empêchent de changer nos comportement, trouve un reflet économique et collectif dans les Big 6, comme s’ils exprimaient de façon systémique notre hypnose collective face à la certitude affirmée de façon croissante du mur qui approche à pleine vitesse.

Continuer la lecture de Neurophysiologie des Big 6 

Quand le corps raconte… notre identité respire

Par Laure Maurin, thérapeute narrative et professeure de yoga

Suite à ses ateliers des JNF et sa conférence du 25 février, Laure détaille ici sa méthode d’interview narrative du corps. Pour vous inscrire à son atelier de professionnalisation d’octobre, voir à la fin de l’article. 

« Le mental intuitif est un don sacré, et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. » Albert Einstein

J’ai souvent tenté dans ma pratique d’accompagnement, bien avant de découvrir les idées narratives, de ramener les gens dans leur corps. j’ai animé un atelier sur le souffle en Hôpital de jour auprès d’enfants atteints d’autisme ou de psychose. Un atelier éveil des sens auprès d’adultes poly- handicapés. J’interviens encore aujourd’hui dans un foyer occupationnel auprès d’adultes dits « malades mentaux stabilisés ».

Mais les pratiques narratives m’ont permis de réarticuler le corps, le récit et l’intuition. C’est cette articulation qui permet tant de passerelles fécondes que j’ai développée au cours de ma conférence du 25 février ainsi que de mon atelier des JNF 2018 de Bordeaux. C’est également l’objet de cet article d’en donner un bref aperçu.

Continuer la lecture de Quand le corps raconte… notre identité respire 

Créer un groupe narratif en une leçon

Une petite pub pour la conférence de Franck Demay qui aura lieu le 27 mars prochain à Paris au Forum 104 : allez y !  

J’ai un lien particulier avec cette conférence puisqu’elle est inspirée de mon travail, réalisé avec Téha Galliano,  sur l’accompagnement de groupe de chômeurs seniors de longue durée. Franck est un enthousiaste narratif (expression de Peggy Sax),  c’est également un expérimentateur et un opérationnel : quand ça lui plaît, il fait. L’idée de fond de cette histoire, c’est que chacun d’entre nous peut monter un groupe narratif dans son garage ou dans son village et aider des personnes piétinées par le système économique à reconstruire leur identité et leur fierté. Franck,  j’espère que la salle sera assez grande pour contenir à la fois ton grand cœur généreux et tout l’espoir des nombreuses personnes qui vont venir t’écouter.

Infos, inscriptions : https://www.lafabriquenarrative.org/blog/event/une-soiree-narr-active-comment-proposer-des-ateliers-seniors-narratifs-en-2019

La juive errante : suivre les traces de Barbara Myerhoff

Par Elizabeth Feld. 

Pour ceux qui essaient de suivre les migrations de l’atelier « Sur les Traces de Barbara », vous ne serez pas, j’espère, surpris d’apprendre qu’elle a été obligée de déménager, pour laisser la place, respectueusement, à l’arrivée de David Denborough.

Les dates du nouvel atelier sont les 28 et 29 janvier 2020. Cela nous a donné l’opportunité de développer et d’épaissir les liens avec le travail lancé sur le 7ème récit. Car nous allons déterrer, par une archéologie culturelle, les fines traces des façons que l’être humain a de se situer dans le monde : les Cérémonies Définitionnelles, les Rites de Passage, et la notion de Migration d’identité, entre autres. Par la suite nous avons l’intention de les épaissir en imaginant, en suivant les traces de Barbara, ce qu’on pourrait forger comme nouvelles pistes, nouvelles perspectives, et nouvelles initiatives narratives qui honoreraient cette importante contribution aux Pratiques Narratives, et encore d’autres choses.

L’être humain, à travers ses rituels, ses cérémonies, et ses rites, a toujours répondu aux défis qui lui ont été posés. Nous, Fabrice et Elizabeth, faisons le pari, que l’étude narrativo-anthropologique de nos racines nous donnera de nouvelles inspirations pour ouvrir de nouvelles portes d’action et de projets.

Lien vers le programme

Alzheimer et thérapie narrative : espoirs et limites

Copyright Image : Résidences Quebec

Par Patrice Gilly. 

Un témoignage, un espoir et un appel de notre collègue Patrice Gilly, qui a expérimenté des résultats encourageants en travaillant avec les idées narratives dans le contexte de patients luttant contre la maladie d’Alzheimer… avec hélas des réactions protectionnistes des professionnels.

Il y a trois ans, j’ai pu entrer en contact avec des personnes désorientées, atteintes de la maladie d’Alzheimer, au stade 1 et 2, dans une maison de retraite et de soins de la région namuroise. En tant que bénévole, j’ai participé à divers ateliers (peinture et potage), ce qui m’a permis d’amorcer des conversations basées sur l’approche des thérapies narratives (TN).

Continuer la lecture de Alzheimer et thérapie narrative : espoirs et limites