Tous les articles par Elizabeth Feld

Chansons narratives

Je vous livre ici les chansons de clôture de la 4ème conférence Européenne + de Pratique Narrative et Travail Social qui s’est déroulée à Barcelone. Anne-Sophie y fait référence dans son article “En passant par Barcelone avec mes espadrilles”.

Avec toutes mes excuses pour la qualité artisanale ; la première chanson est en Catalan, la deuxième, vous verrez, en anglais…

Elizabeth Feld, 21 août 2016

Transgresser en investiguant la diversité

Elizabeth nous livre ici un article suite à la conférence à Barcelone d’un groupe catalan (enrutat.org) qui travaille à déconstruire les discours sociétaux dominants sur l’identité et les choix affectifs et sexuels.

Enrutat

Je ne sais pas si, dans vos années de collège ou de lycée, vous avez eu l’opportunité de participer à des ateliers où les questions de genre, d’identité et de choix sexuels et affectifs ont été abordées ? Pour ma part, c’était décidément absent, et je pense que cela aurait pu être très porteur pour beaucoup d’entre nous…

Les deux présentatrices, Laura Poch Riquer et Barbara Rabinad Coll, travaillent ensemble et nous ont présenté le travail qu’elles font à Barcelone dans des ateliers de déconstruction des questions de normes identitaires dans les choix affectifs et sexuels que font les gens, et en particulier les jeunes. Entre autres, elles ont monté 5 groupes qui interviennent dans les lycées à Barcelone. Les groupes mènent des ateliers dans les lycées où ils mettent la norme au centre pour la regarder ensemble, et stimuler des discussions autour des normes qui influent dans la vie sexuelle et affective ; avec comme but aussi de casser la notion de “eux” et “nous”. Dans leurs ateliers, elles posent des questions qui déconstruisent le privilège hétérosexuel, et les notions normatives et dominantes autour de l’identité, la sexualité et l’affection. Elles mettent en lumière la construction sociale de cette réalité.

Par exemple, elles nous ont demandé de fermer les yeux et quand on les a ouverts, il y avait au sol ces papiers :

Enrutat 2

Était-ce difficile pour toi d’accepter ton hétérosexualité ?

Quand as-tu découvert que tu étais hétérosexuel.le ?

C’est un exercice qu’elles utilisent dans leurs ateliers pour stimuler des discussions autour du privilège hétérosexuel.

Elles soulèvent aussi les questions sur le “bullying”, l’harcèlement qui peut se manifester, mais qui n’est souvent pas affronté.

Elles sont également intervenues en jouant une pièce de théâtre dans une des écoles.

Les membres de ce collectif, qui font ce travail, sont âgés de 20 à 65 ans, ils font un travail intergénérationnel, et il y a 5 groupes dans Barcelone .

Comment procèdent-ils ?

  • Ils commencent avec des ateliers “Histoires de vie”,
  • après, la création d’un “Guide didacticiel”,
  • puis, les interventions dans les écoles.

Leurs principes : confidentialité, participation horizontale, communication sincère, respect mutuel, compromis…

Ils se sont également servis des “Fleuves de la vie” (travail de D. Denborough), et d’autres façons narratives pour aider les gens à faire face aux barrières sociales et à développer eux-mêmes des histoires d’initiative personnelle. Ils aident également les gens à faire face, à déconstruire les barrières sociales et à développer des initiatives personnelles.

Ils travaillent de façon collective, et ont aussi créé un projet qui est en ligne (si vous parlez espagnol ou catalan), dont voici le lien : http://www.enrutat.org/#!mdia/c6ap.

“Reapropiant-nos ; Relats de dones lesbianes, bisexuals i pansexuals”
“Relater les vies de femmes lesbiennes, bisexuelles et pansexuelles”

Vous avez des questions ? elles parlent également anglais (pour le français, je ne sais pas…) : info@enrutat.org.

Elizabeth Feld, 4 août 2016.

 

Mes impressions sur la 4ème Conférence Européenne Narrative à Barcelone

Ou  comment alimenter vos histoires de regret de l’avoir ratée.

Comme vous avez pu le constater à travers les excellents articles de nos estimées collègues Martine Compagnon, Anne-Sophie Vernhes et Marie-Rose Lamonica, il y avait une grande quantité et qualité dans les interventions.

En fait, il y a eu (si j’ai bien compté) en tout 48 ateliers, 3 ateliers pré-conférence et un atelier post-conférence, et 12 plénières ! Ça semble beaucoup, et c’était effectivement assez intense. Les présentateurs et participants venaient de partout en Europe+ ( le + étant l’Israël et la Palestine… (et le Brésil, les États Unis et le Canada).

Photo_Z_et_Madigan_blogOn se retrouvait entre français , russes, turques, israéliens, portugais, afghans, allemands, palestiniens, italiens, roumains, sans oublier les espagnols, les catalans, les brésiliens et les anglais.

Et… Jill Freedman et Stephen Madigan étaient là en personne, et David Epston par vidéo-conférence… (je ne sais pas combien de personnes y ont assistée car c’était à 9 h du matin après une soirée de gala, qui, à l’espagnole, a duré tard la veille).

Bien que très riche en expériences et en rencontres, j’y ai rencontré quelques frustrations :

  • entre autres la teneur plutôt académique de beaucoup des séances plénières et leur manque de message politique, qui caractérise souvent les conférences narratives ;
  • le fait que les ateliers ne duraient que 45 minutes était frustrant, et pour les participants, et pour les présentateurs ;
  • une autre frustration était que l’atelier des palestiniens était en même temps que celui de Poh Lin…

À part cela, nous étions très bien accueillis, l’ambiance était à l’échange et la convivialité, et la délégation française à fait fort. Comme vous l’avez déjà constaté, on s’est organisé pour vous apporter un retour varié et riche de la conférence.

Ce qui vous attend de ma part :

  • Daria Kutuzova a mené un atelier fascinant sur le “journal narratif” (narrative journaling). Avec 4 de ses facilitatrices, elle a présenté son travail sur le processus, très cadré, d’écriture de journal, cadré et suivi de façon narrative, qui propose une alternative intéressante à une démarche thérapeutique pour des personnes qui veulent travailler sur eux. Moi qui suis très réfractaire au sujet du Net, j’avoue avoir été très impressionnée.
  • À venir aussi un atelier d’un groupe catalan LGBTI autour des interventions de sensibilisation au sujet du genre, de la sexualité, de l’identité, qu’ils mènent dans des lycées catalans.
  • L’atelier des Palistiniens, en particulier Nihaya Abu Ryyan, sur “working with people experiencing multiple trauma”, donc travaillant avec des personnes qui ont l’expérience de traumas multiples.
  • La violence institutionnelle, travaillant avec les rêves de façon narrative, les transitions de vie…

A bientôt.

Elizabeth Feld, 18 juillet 2016

La fin de la conférence… ou presque

En direct de la 4ème Conférence Européenne des Pratiques Narratives et Travail Social.

Nous voici à la fin de cette conférence intense et soutenue.

Crédit photo : Tassou Tarat

Nous toutes, vos correspondantes pour la francophonie, continuerons de rédiger nos articles sur les multiples ateliers intéressants.

atelier-post-conference-jill-freedman-blog jill-freedman-et-la-super-traductrice-anna-pooley-blog

Actuellement, nous assistons à un atelier post-conférence de notre amie, Jill Freedman, que nous voyons sur la seconde photo accompagnée de sa super traductrice Anna Pooley.

Elizabeth Feld, samedi 9 juillet 2016

Voyage pour devenir thérapeute

En direct de Barcelona où se déroule la 4ème Conférence Européenne des Pratiques Narratives et Travail Social.

Ceci est un poster du “Voyage pour devenir thérapeute” de la part de Miriam Zavala Díaz de Mexico.

poster_voyage_therapeute_1 poster_voyage_therapeute_2 poster_voyage_therapeute_3

Elle s’en sert pour aider les thérapeutes en formation à suivre leur chemin sur une carte. À chaque endroit, on peut sortir une petite note descriptive qui donne des détails.

Lien sur le projet : Espacios Narrativos
Lien sur la carte : Map “Becoming a therapist” (traduction française sur le wiki : Voyage pour devenir thérapeute)

Cette conférence s’avère très dense. Nous vous enverrons, dès que nous aurons une minute, les descriptions des ateliers passionnants auxquels nous assistons.

Nous sommes une petite délégation française bien active (Martine, Maria Rosa, Anne-Sophie).

À plus, Elizabeth