Lors du deuxième confinement

Par Elizabeth Feld.

Lors du premier confinement, j’avais publié un article sur Errances sur les rites de passage par rapport au confinement1.

Force est de constater que nous sommes toujours quelque part dans ce passage, me semble-t-il.

Pour honorer ce deuxième confinement, et le bazar qui se passe dans mon pays d’origine, j’aurais aimé juste partager avec vous quelques lectures qui m’ont beaucoup parlé autour de la notion de passage , et de liminarité (l’état dans lequel on est quand on est en plein milieu d’un passage, l’entre-deux…)

Il s’agit de deux anthropologues contemporains : Björn Thomassen dans Liminality and and the Modern2, et Arpad Szakolczai dans Liminality and Experience3. Ils proposent quelques notions qui me semblent bien intéressantes et applicables à ce qui se passe aujourd’hui.

Thomassen, dans son excellent ouvrage propose que, dans notre société moderne, nous sommes, en fait, dans un état constant de liminalité, que nous recherchons justement ce qui fait partie de l’expérience liminaire, et que les valeurs contemporaines sont beaucoup axées là-dessus:

“Quelque chose de très différent s’est passé depuis le XVIè siècle : la liminalité s’est établie au coeur du projet moderne. Le jeu, la comédie, les jeux, la sexualité, la vie des loisirs, la violence – en bref tous les aspects les plus évidents de la liminalité, liés à l’expérience humaine – ont occupé le centre de la scène à l’intérieur de la modernité culturelle, politique et économique. En même temps, au niveau de la pensée, les sentiments humains de la peur, l’anxiété, le scepticisme et le doute (des sentiments liminaires par excellence) se sont établis comme les fondations anthropologiques. S’il ne s’agit pas de transition, il ne s’agit pas de liminalité.” 4

“… La liminarité a sa place dans une séquence. Aucune culture ne serait assez bête pour concevoir une séquence de rituel qui s’arrête au liminaire. Sans retour à la normalité et sans structure de fond sur lequel on peut compter (du moins jusqu’à ce qu’elle soit ré-ébranlée) les individus deviennent fous et les sociétés deviennent pathologiques. La vie humaine perd son sens dans une liminarité perpétuelle. Et pourtant, dans un certain degré, c’est exactement ce qui se passe est ce qui s’est passé dans une transition spécifique, celle qui est au coeur de toute théorisation sociale : La transition à la modernité.” 5

Et finalement ce qui m’a peut-être le plus interpellée dans leurs analyses, c’est que les passages et les rites de passage ont besoin d’un accompagnant. De quelqu’un de sage, d’expérimenté, de solide, qui accompagne les personnes dans leur passage et qui leur aide à trouver et à atteindre l’autre rive. Comme dit Szakcolczai:

“La liminarité sans maître de cérémonies peut facilement conduire au règne durable des escrocs / illusionistes. Une situation liminaire ne devrait jamais être induite sans la mise en place d’une forme correct qu’on impose à l’âme de ceux à qui les émotions sont en train d’être stimulées en faisant partie de la limite.” 6

Dans tous les rites de passage, il y a la présence de quelqu’un, à qui on fait appel, un-e maitr-esse de cérémonies, et si ce n’est pas un individu, il peut y avoir la communauté, et il faut une structure en place pour contenir et accompagner les personnes dans leurs passages.

Où sont ces personnes aujourd’hui ?

Où est le début, et quel sera l’étape d’incorporation, de fin et de célébration de notre passage ?

Notes :
1Article “Il y aura un avant et un après.”
2Liminality and the Modern, Thomassen, Björn, Ashgate publishing, 2015
3Liminality and Experience , Szakolczai, A.Dans :Breaking boundaries, varieties of liminality, Horvath, Thomassen, Wyland,editeurs; Berghanh, books 2015.
4iBid p. 15 “something very different has happened from the 16th century onwards: liminality became established at the core of the modern project. Play, comedy, gambling, sexuality, entertainment, violence – in short all the most evident aspects of liminality linked to human experience – took central stage within cultural, political and economic modernity. Simultaneously, at the level of thought, the human sentiments of fear, anxiety, skepticism and doubt (quintessential liminal sentiments) were established as anthropological foundations… If it’s not about transition, it’s not about liminality.”
5Thomassen P.216 Liminality has its place within a sequence. No culture would be foolish enough to devise a ritual sequence that stops at the liminal. Without a return to normality and background structures that one can take for granted (at least until they are shaken again), individuals go crazy and societies become pathological. Human life ceases to be meaningful in perpetual liminality. And yet, there is an extent to which this is exactly what is happening and what happened in one specific transition, the one that lies at the heart of social theorizing: the transition to modernity
6Szakcolczai, Arpad, p. 52, ”Liminality and experience, in Liminality and the search for boundaries “Liminality without master of ceremonies can easily lead to lasting rule by tricksters. A liminal situation should never be induced without a proper form in hand to impose on the soul of those whose emotions are being stimulated by being part of the limit.”

Par Elizabeth Feld.

4 réflexions au sujet de « Lors du deuxième confinement »

  1. Vraiment très intéressant Z. Il nous faudrait trouver donc une façon de sortir de cette liminarité perpétuelle ? De quoi cela pourrait il avoir l’air ? Un rituel ?

  2. Merci de cet éclairage très très pertinent ! Il met des mots sur ce que je ressentais sans pouvoir aussi bien le comprendre.
    Dans une note à ma dernière chronique, je risquais l’hypothèse que si nous nous sommes fait ainsi recruter par un récit de peur, un récit infantilisant au surplus, c’est faute d’avoir un enracinement narratif qui nous soit propre. La nature a horreur du vide.
    Quant à la question des accompagnants, non seulement par rapport à leur “technicité” mais aussi et surtout à leur légitimité, y répondre n’est pas facile. On pourrait considérer que c’est une responsabilité politique au sens noble, mais pour le moment je ne vois pas de passeurs, je ne vois que des Pères Fouettards.

  3. Wow ! Merci Z. pour cette éclairante perspective.
    Je me sens en étroite résonance avec tes mots et ceux de Thomassen et Szakolczai (Merci le copier-coller ! ).
    Et si nous, accompagnants narratifs, au-delà de notre capacité à détricoter et à tisser des histoires, étions justement ces maîtres de cérémonie là ?
    Il m’apparaît, au regard de notre courant et de beaucoup d’autres dont il s’inspire et avec lesquels il converse, que nous avons là une place, une posture magnifique à habiter.
    C’est en tous cas ainsi que je regarde ma pratique dans les accompagnements qui sont les miens.
    Encore Merci, chère “passeuse”, pour cette ressource si inspirante à cette heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.