Archives pour la catégorie Auteur.e.s invité.e.s

Master Class 2021 avec marcela Polanco, save the date !

Les 18, 19 et 20 mai 2021, nous aurons l’immense plaisir d’accueillir marcela Polanco pour une Master Class de 3 jours à Paris. le travail de marcela n’est peut-être pas aussi connu que celui de David Denborough mais il est tout aussi essentiel, lui aussi traversé par l’idée de justice sociale, d’anti-racisme et de solidarité qui constituent le socle politique de l’approche narrative. Colombienne vivant aux Etats-Unis, marcela a été la première, dans un article fameux, à questionner l’ingénierie politique de la traduction et la façon dont elle peut constituer, elle aussi, un lieu possible de colonisation. C’est une très grande chance qu’elle ait accepté notre invitation. Réservez la date dès à présent, et si vous voulez avoir un échantillon de ce qui vous attend, lisez ci-dessous la lucidité flamboyante de la façon dont marcela répond à notre demande de notice de présentation !

“Mi nombre es marcela polanco. Soja de Bogotá, Colombie. Socialement, historiquement et politiquement, ma personnalité a été racialisée au sein de catégories eurocentriques coloniales qui me positionnent comme un être humain, une femme cisgenre, une classe moyenne, une personne apte au travail, une hétérosexuelle, une immigrante ayant la citoyenneté des États-Unis (US) et une hispanophone, une colombienne-espagnole et une immigrante anglophone. Je suis une métisse qui, malgré ses héritages africain, indigène et européen, s’engage dans le monde à partir de sa conscience eurocentrique blanche, intériorisée par les colons. Mes privilèges et mes désavantages se jouent simultanément, étant donné ces catégories racialisantes. Je suis thérapeute familiale aux États-Unis, je fais donc partie d’une profession qui a fidèlement souscrit aux systèmes de pouvoir occidentaux qui perpétuent la relationnalité dans les idées de mariage, de famille et de thérapie. Je participe activement au capitalisme et au néolibéralisme en étant financièrement dépendante d’un salaire provenant d’un des systèmes de pouvoir les plus importants : le monde universitaire. Je suis membre de la faculté du programme de maîtrise en thérapie familiale de l’université d’État de San Diego. Je suis également dépendante du système fédéral de remboursement des prêts étudiants aux États-Unis. Je mène une vie urbaine dans des territoires expropriés et exploités. Je vis dans un quartier cher de San Diego, en Californie, qui est l’une des villes les plus chères des États-Unis, et c’est aussi une ville militaire à la frontière de Tijuana, au Mexique. Je profite financièrement de mon programme de recherche sur la décolonisation et la justice sociale qui cherche à critiquer les mêmes systèmes néolibéraux dont dépend ma subsistance.”

Le sujet de cette Master Class sera autour des pratiques narratives, de l’anti-racisme, de “l’accountability” (sentiment de responsabilité) et de la création de solidarités. Une description plus détaillée sera développée ici dès septembre.

AMI/Déconstruction et Georges Floyd

Un article écrit par Clémence Partouche-Ceyrac.

La semaine dernière, nous avons suivi avec notre groupe l’atelier qui concerne l’AMI , l’Absent Mais Implicite et la déconstruction présenté par Catherine Mengelle et Elizabeth Feld.

Nous avons été chercher derrière nos colères et nos agacements en lien avec la situation du COVID-19 pour mieux trouver nos espoirs et nos rêves.

Nous avons retrouvé nos souvenirs communs d’enfance et d’adolescence et nos différences d’une époque à l’autre, nous avons pris conscience des discours sur le corps et sur de nombreux autres sujets.

Cet atelier était entièrement en Zoom, c’était une première pour tout le monde : 2 journées complètes en distanciel. Si cela est loin de convenir à tous, nous avons réussi dans l’ensemble à suivre, à être proches les unes des autres (nous sommes un groupe uniquement de femmes) et à appréhender ces notions d’AMI et de déconstruction.

Continuer la lecture de AMI/Déconstruction et Georges Floyd 

Ils sont avec nous !

Un article de Martine Compagnon


Jules-Emile Zingg – 1936 – Repas de paysans, plus connu sous le nom de confinement franc-comtois après un ravitaillement à la fruitière la plus proche pour “achat de produits de première nécessité dans les commerces autorisés”

“J’ai fait une tarte au flan. Le gâteau préféré de mon mari. Vous en voulez une part ?”

Ma voisine du rez-de-chaussée a raccroché. Nous nous sommes données rendez-vous à mi-chemin de nos étages.

La part de gâteau soigneusement enveloppée dans du papier alu (“je me suis bien lavé les mains !”) s’est échangé en respectant le mètre de distance réglementaire.

“C’est la recette de la grand-mère de mon mari. J’ai dû chercher pour retrouver le même goût, mais il me dit que maintenant, cela y ressemble beaucoup…”

Et j’ai compris !

Continuer la lecture de Ils sont avec nous ! 

Tire-lire-lyre

Un article de Irène Rousseau.

Une photo de la Val di Rabbi, vallée de mon Grand-Père.

Apprentis praticien.nes, nous devions nous retrouver le 25 mars…
Notre groupe, “Les hellébores : la tribu des éclairés” a plié sous la bourrasque du COVID puis il a rejeté le VID pour retrouver de l’Oxygène.

Sous l’impulsion de Benoît, une idée a germé : rassembler une documentation narrative à partir des témoignages de personnes en confinement.
Aujourd’hui, identifier des trucs et astuces pour vivre au mieux cette période.
Demain, évoluer à partir de cette documentation vers autre chose de plus profond, sur le sens de confinement.
Demain, inspirer des personnes confinées dans leurs vie, physiquement, psychiquement, professionnellement…

Continuer la lecture de Tire-lire-lyre 

“Réhistoiriser” son souffle

Un article de Laure Maurin.

Face à l’histoire dominante du COVID qui sature nos vies et qui parle à longueur de médias de difficultés respiratoires et d’étouffement, et dans la lignée de mes ateliers sur les récits du corps, je vous propose de redévelopper une histoire et une pratique préférées autour de votre souffle.

Je ne vais pas vous reparler du contexte voilà déjà plus de 15 jours que vous le vivez. Vous recevez plein d’informations sur :

  • Comment vivre le confinement ?
  • Comment vous pouvez être utile ou vous distraire ?
  • Comment employer ou “optimiser” au mieux, ce temps ? méditation, yoga, cuisine.
  • Comment vous protéger ?
  • Comment protéger les autres ?
  • Comment gérer la solitude, les angoisses, l’anxiété ?
  • Comment occuper les enfants ? ou comment s’occuper de ses enfants ?
  • Comment rester en contact, rester en relation ?

Les réseaux sociaux, le télétravail, ceux qui sont devant leur immense bibliothèque, ou dans leur jardin , ceux qui sont sur leur lit, voire dans la salle de bains mieux insonorisée. Les apéros Skype, Zoom, Face time ou autres… Vous n’y échappez pas n’est ce pas ?

Continuer la lecture de “Réhistoiriser” son souffle 

Récits d’émigrées, une autre histoire possible

Pour en finir avec les discours dominants.

Par Marianne Bèque.

Ce recueil de témoignages est le récit de 8 femmes qui se racontent, livrant pensées, questionnements, victoires et espoirs pour leur vie en France.
Elles sont venues d’horizons divers : Algérie, Italie, Haïti, Comores, Afghanistan, Kurdistan irakien, Irak, Côte d’Ivoire.
En leur demandant de raconter leur parcours de vie, mon propos était de déconstruire toutes ces histoires dominantes sur l’immigration, histoires qu’on nous assène à longueur de temps et qui deviennent des vérités à force d’être répétées, en occultant toutes les autres histoires de vie possibles. Il m’est apparu rapidement que mon indignation face à ces contre-vérités ne pouvait se rendre lisible que si je partais de récits positifs, porteurs d’espoir et de sens.

Continuer la lecture de Récits d’émigrées, une autre histoire possible 

Femmes-hommes : outils narratifs pour l’égalité

Par OLIVIER PERRIN.

Un atelier narratif pour faire avancer l’égalité

Pour être honnête, je n’étais pas complètement à l’aise en tant qu’homme, ce lundi matin d’octobre. Je partais pour animer un atelier de 2 jours avec des professionnels des RH dans l’administration. Un groupe composé essentiellement de femmes, réunies pour un atelier sur l’égalité professionnelle femmes-hommes. Le projet était de les aider à explorer la culture professionnelle dominante, systématiquement favorable au genre auquel j’appartiens : le genre masculin ! Ma mission : partager avec les participant·e·s des outils de coaching issus des pratiques narratives.

Continuer la lecture de Femmes-hommes : outils narratifs pour l’égalité 

La légende de Bipana

“L’histoire que vous allez entendre s’est passée il y a très, très longtemps, dans le grand royaume du Népal. C’était à l’époque du roi de Ghalegaon…”

Voici les premiers mots de la légende de Bipana, un conte écrit par notre collègue Suisse Patrick Genaine pour honorer la mémoire de Bipana, petite fille népalaise de 11 ans de l’ethnie Gurung, violée et assassinée presque impunément. “La légende de Bipana”, c’est également le titre d’un livre magnifique et bouleversant que Patrick a tiré de ses cinq voyages au fil d’une décennie dans la famille Dil Maya et Jash Bahadur, les parents de Bipaya. Travailleur social au Centre Hospitalier Universitaire de Lausanne et praticien narratif, Patrick nous offre ici à la fois un récit de voyage, l’histoire d’une rencontre avec un peuple et une famille, d’un apprivoisement mutuel pudique et drôle, la construction narrative d’un processus de deuil à travers une documentation poétique et la mise en actes de rituels symboliques (construction d’un mémorial traditionnel), et une réflexion sur le pouvoir et le privilège de nous-les-blancs. De la très belle Narrative tissée de respect et d’intelligence, de celle qui donne des “goosebumps” et met le coeur au bord des yeux…

“La légende de Bipana”, par Patrick Genaine, Mon Petit Editeur, 134 p, 15,95€

Documentation d’un accompagnement

Il s’agit de la documentation d’un accompagnement proposée par Alexandra Muzotte. Alexandra est coach narrative et somatothérapeute à Bordeaux : https://www.alexandra-muzotte.com/

Jocelyne et Adrien, 9 ans, sont venus me voir une première fois il y a un an. Adrien était très angoissé. Il avait très peur de la mort de sa maman. Il est important de dire que Jocelyne et le papa d’Adrien sont séparés depuis qu’Adrien a 2 ans et que ce papa vit dans le sud-est de la France.

Lors de ce premier rdv, Adrien a réussi à dessiner son angoisse et à la nommer “Monstre”. Au début, Monstre était aussi gros qu’une feuille A3. Adrien s’est rendu compte combien Monstre occupait une place importante dans sa vie. Il a bien voulu partager les effets que Monstre générait dans sa vie et notamment ceux qui étaient très présents dans sa relation avec sa maman et la peur qu’elle meure. Il éprouvait beaucoup de stress par exemple dès que sa maman était en retard pour le récupérer à l’école.

Continuer la lecture de Documentation d’un accompagnement 

La posture narrative : un levier à la Perte de Sens et d’Initiatives dans les organisations ?

Par Michèle JUILLAT.

Un des leitmotivs actuels des organisations est de redonner du sens et de l’autonomie à ses salariés : redonner les moyens d’accélérer le Time to Market et d’innover en favorisant le travail collectif.

Lors des dernières décennies, plusieurs facteurs ont rendu l’environnement économique plus compétitif. Pour faire face, les organisations ont choisi de se structurer afin de rationaliser leurs coûts et optimiser leurs activités. Elles ont ainsi standardisé leurs processus, leurs méthodes et spécialisé les individus. Le cloisonnement des activités, enrichi d’objectifs individuels ambitieux ont conduit les salariés à se centrer sur leurs activités. C’est ainsi que j’analyse la naissance progressive d’un mal-être dans certaines organisations, directement liée à la Perte de Sens et d’Initiatives, que je nommerai “Psipathie”.

Continuer la lecture de La posture narrative : un levier à la Perte de Sens et d’Initiatives dans les organisations ?