IASI : NOUVELLES TÊTES, NOUVELLES PISTES

2014-07-02 09.24.08La 3ème Conférence Européenne des Thérapies Narratives débute aujourd’hui à Iasi, Roumanie.

C’est un endroit et un moment importants pour la communauté des praticien-ne-s narratif-ve-s roumain-e-s. Il y a 25 ans, les sciences humaines et en particulier la psychologie étaient complètement muselées en Roumanie, sous la dictature. Le fait d’accueillir cette Conférence Européenne, grâce au travail inlassable d’Ovidiu Gavrilovici et de son équipe de l’association Psiterra prend donc une dimension politique toute particulière.

Pour nous, c’est l’occasion de revoir des ami-e-s et mentors narratif-ve-s que l’on croise régulièrement dans ces conférences internationales, en particulier David Denborough dont on ne dira jamais assez le point auquel il apporte son humanité et son talent au service d’une pratique narrative multiple, multi-vocale, joyeuse et toujours proche des idées de justice sociale.

C’est aussi l’occasion de flairer de nouvelles pistes et de les partager avec notre communauté de narrapeutes français. Les pratiques narratives sont entrées en Roumanie pratiquement en même temps qu’en France (en 2005) et cette communauté de « narrative enthusiasts » (comme dirait Peggy Sax) a déjà produit nombre de pratiques et d’expérimentations innovantes.

Au chapitre des keynotes inaugurales, à signaler Alessandra Pauncz sur la violence domestique, dans le prolongement d’Alan Jenkins et Rob Hall mais avec un accent sur la violence psychologique, le petit sadisme au quotidien des maris qui bâchent leurs femmes dans les dîners. Alexandra met l’accent sur la difficulté à faire prendre conscience de cette violence (liée à l’insécurité ressentie par le partenaire violent). Le discours dominant (médias compris) sur la violence dépeint les hommes violents comme des monstres auxquels il est impossible de s’identifier, ce qui rend la violence non repérable.

Egalement, Ron Coleman, vétéran du mouvement des «Hearing Voices » (« ceux qui entendent des voix »), ancien schizophrène, avec ses idées puissantes sur les thérapeutes qui devraient être des « accoucheurs de l’âme » plutôt que des contrôleurs de conformité et la mise en déconstruction du concept de « guérison » comme une pratique normalisatrice. Notamment cette idée que la thérapie devrait s’attacher à travailler sur la souffrance du patient, mais pas sur la souffrance de ne pas être comme tout le monde et faire la part belle aux expériences qui font de nous des humains essayant de vivre au lieu de les considérer comme des pathologies.

Un beau programme et le constat que les pratiques narratives sont de plus en plus vivantes au fur et à mesure qu’elles se voient « tordues et adaptées » aux différents contextes et aux différentes cultures qui les accueillent. Une idée que n’aurait pas désavouée Michael White, et qui nous préserve de toute tentation de répondre à notre sentiment de vulnérabilité face au changement hyper-rapide des pratiques narratives par l’affirmation d’une orthodoxie qui serait, elle aussi, une forme de violence.

6 réflexions au sujet de « IASI : NOUVELLES TÊTES, NOUVELLES PISTES »

  1. “…qui nous préserve de toute tentation de répondre à notre sentiment de vulnérabilité face au changement hyper-rapide des pratiques narratives par l’affirmation d’une orthodoxie qui serait, elle aussi, une forme de violence.” Merci Pierre pour cette phrase qui résonne pour moi bien au-delà des pratiques narratives. Je nous souhaite à tous, pour 2016 et au-delà de répondre à nos sentiments de vulnérabilité sans se réfugier dans des orthodoxies (économiques, sociales, identitaires, professionnelles, éducatives…) qui sont des formes de violence.

  2. Merci Pierre de faire circuler ces informations mais surtout ces temps dans l’échange, la créativité, le partage et la rencontre!
    Narrativement votre,
    Serge

  3. Merci Pierre pour ce partage, je travaille en ce moment sur la question des approches narratives avec entendeur de voix, psychose, schizophrénie… je serais intéressé par articles, et autres références biblio qui traitent ce sujet même en anglais avis aux généreux informateurs. merci d’avance
    Rodolphe

  4. Super d’avoir tes témoignages! Merci, Pierre!

    Ça rend moins difficile le fait de ne pas avoir pu y aller, le fait que tu nous représente et nous retelles.

    Bises narratives, à tous ceux que je connais aussi,

    Elizabeth

  5. Merci pour de nous faire partager l’ambiance de ce début de conférence narrative en Roumanie !

    Les thèmes abordés et les personnalités laissent envisager de beaux moments narratifs et de magnifiques retelling

    Bonne conférence

    Lydie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.