Des nouvelles de Kigali

Une lettre de Cheryl White.

Chère Praticienne Narrative et cher Praticien Narratif,

Nous sommes récemment revenus d’une période merveilleuse à Kigali, au Rwanda. Nous y étions pour préparer la conférence d’août … et nous nous réjouissons de vous y retrouver 🙂

Nous voulions vous envoyer une mise à jour sur la conférence et aussi vérifier la situation des coronavirus.

Comme le coronavirus est probablement dans votre esprit, commençons par là. Nous sommes vraiment désolés de la façon dont le virus affecte maintenant la vie de nos collègues et amis dans de nombreux pays. En février, nous avons envoyé ce message vidéo à nos collègues en Chine : https://vimeo.com/392833186/093a06d07a et maintenant nous sommes en contact avec des collègues dans de nombreux contextes qui tentent de se préparer et de répondre à cette pandémie.

Comme vous pouvez l’imaginer, nous essayons de déterminer ce que cela signifiera pour la conférence qui se tiendra au Rwanda en août. Il est vraiment trop tôt pour que nous sachions quel sera l’impact du coronavirus sur les voyages à ce moment-là. À ce stade, la conférence pourrait se dérouler comme prévu et inclure des praticiens internationaux, ou bien il pourrait s’agir d’un événement de moindre envergure destiné principalement aux participants africains, ou bien elle pourrait être totalement reportée. Toutes ces options nous semblent tout aussi probables à ce stade. Je sais que nous espérons tous que tout ira pour le mieux.

Nous voulons donc simplement vous faire savoir qu’en tant qu’organisateurs de la conférence, nous allons, dans notre planification et notre prise de décision, nous engager à :

  • Donner la priorité à la santé des personnes, cela inclura les personnes. qui se rendront au Rwanda et les Rwandais locaux.
  • Vous tenir au courant de l’évolution de la situation.
  • Essayez de vous assurer le moins de désagréments possible, y compris financiers.

Vous avez peut-être vu sur notre site web notre politique d’annulation régulière :

  • Pour les annulations survenant entre le 1er février et le 20 juillet, 50 % du montant total sera remboursé.
  • Après le 20 juillet 2020, aucun remboursement ne sera accordé, mais une place libérée peut être transférée à une autre personne désignée.

Mais sachez qu’au fur et à mesure que la situation du virus sera connue, et surtout lorsque nous saurons quel effet cela aura sur la conférence, nous ferons tout notre possible pour rembourser autant de frais d’inscription que possible aux participants … et/ou les reporter à un événement futur si c’est ce qui se passe.

À ce stade, il semble préférable d’attendre un peu plus longtemps pour voir ce qui se passera. Cela a-t-il un sens ? Merci de votre compréhension.

Dans un autre ordre d’idées, nous aimerions vous parler de notre récent séjour au Rwanda. Parce que c’était fantastique !

Nous y étions au début d’un programme de formation d’un an en thérapie narrative et en travail communautaire. Ce cours comprend des participants de Somalie, du Kenya, d’Ouganda, de Tanzanie, du Burundi, d’Éthiopie, du Botswana, d’Afrique du Sud, du Zimbabwe et du Somaliland ! Tous ces praticiens participeront à la conférence en août, vous les rencontrerez donc à ce moment-là.

Cette visite a été très animée et nous sommes très enthousiastes à l’idée de la conférence.

Voici quelques-uns des points forts de la conférence :

  • Point fort n°1 : la manière dont l’équipe de SOS-Rwanda utilise les pratiques narratives avec les enfants vulnérables, les soignants et les familles et leur hospitalité ! Cette équipe est la raison pour laquelle il est possible d’organiser la conférence. Vous pouvez vous faire une bonne idée de cette équipe grâce à la vidéo de bienvenue de Beata Mukarusanga et Serge Nyirinkwaya (qui sont également tous deux diplômés du Master en thérapie narrative et travail communautaire)

  • Point fort n°2 : rencontre avec Adelite Mukamana et Kaboyi Benoit et l’équipe de conseil d’Ibuka (l’équipe de conseil de l’association nationale des survivants du génocide). Certains que nous n’avions pas vus depuis plus de 10 ans. Vous entendrez un discours de cette équipe lors de la conférence.
  • Point fort n°3 : une rencontre entre des praticiens australiens de la narration en santé mentale (Hamilton Kennedy et Rory Randall) et Claver Haragirimana et OPROMAMER, une association visant à promouvoir la solidarité entre les personnes atteintes de maladie mentale au Rwanda. Vous entendrez également un exposé sur ce travail.
  • Point fort n°4 : notre équipe de la Fondation du Centre Dulwich était composée de personnes originaires de Turquie, d’Iran, d’Afghanistan, d’Australie et des États-Unis. Les échanges entre cultures avec des collègues africains – y compris les échanges de chants – nous ont donné un avant-goût de ce que sera le mois d’août !

Il y a eu aussi beaucoup d’autres moments forts, y compris certains aspects pratiques.

  • Nous pouvons confirmer que le lieu de la conférence sera l’hôtel Lemigo (https://www.lemigohotel.com/index.html) ! Il dispose de très belles salles de conférence avec de grandes fenêtres qui donnent sur Kigali. Il est possible de séjourner au Lemigo et il existe également de nombreuses autres possibilités d’hébergement à Kigali.
  • La salle de réunion principale est magnifiquement grande, ce qui signifie que nous pourrons avoir les posters des sessions de posters visibles pendant toute la conférence J

Les plans pour le programme de la conférence se déroulent également très bien.

En plus des présentations du Rwanda, de la Somalie, du Kenya, de l’Ouganda, de la Tanzanie, du Burundi, de l’Ethiopie, du Botswana, de l’Afrique du Sud, du Zimbabwe et du Somaliland … il y aura également des présentations des Etats-Unis, du Canada, de l’Australie, du Mexique, de la France, de la Palestine, de l’Inde, du Népal, du Bangladesh, d’Israël, de la Grèce, du Danemark, du Royaume-Uni, de la Chine, de la Belgique et plus encore ! Ce sera une occasion unique d’entendre parler de la pratique narrative dans des contextes si différents.

Comme vous le savez, la conférence et les pré-ateliers se dérouleront du 10 au 14 août. Nous avons décidé de nous réunir tous ensemble pour une cérémonie d’accueil à l’hôtel Lemigo le 10. Et que cette journée aura lieu tous ensemble dans le lieu principal de la conférence.

Ensuite, le mardi 11, il y aura un choix d’ateliers d’une journée qui se tiendront à différents endroits de Kigali. Cela permettra aux participants de mieux connaître Kigali et de découvrir certains des lieux de travail où les pratiques narratives sont mises en œuvre au Rwanda. Plus de détails sur les options pour cette journée seront disponibles très bientôt !

Et puis du 12 au 14, nous serons de nouveau tous ensemble sur le lieu principal de la conférence (Hôtel Lemigo).

Nous pensons que ce dispositif fonctionnera vraiment bien.

Ce n’est qu’une mise à jour sur l’état d’avancement du programme.

Restez à l’écoute pour une nouvelle mise à jour dans quelques semaines !

Nous espérons que nous en saurons plus sur les implications du coronavirus à ce moment-là.

Merci pour votre patience et votre compréhension.

De tout cœur,

Cheryl White

Au nom du collectif organisateur de la conférence
Fondation du Centre Dulwich

12 mars 2020

Une réflexion au sujet de « Des nouvelles de Kigali »

  1. Merci pour cet article.
    Quel plaisir d’écouter David Denborough : ses histoires, ses expériences, sa manière de parler, sa transmission des idées narratives, son énergie.
    Si Vimeo ne permet pas de traduction en français (?), je veux bien faire un résumé audio pour ceux que ça intéresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.