Archives du mot-clé Master Class

“Maps” nous parle

Un article de Martine Compagnon.

Chère communauté narrative,

C’est avec beaucoup d’émotion que je m’adresse à vous aujourd’hui. J’ai failli prendre la plume pour vous écrire mais cela aurait peut-être aggravé mon cas, laissant apparaître la lettre, l’écrit comme seuls moyens valables de m’exprimer… Ne pouvant danser devant à vous à distance, je vous prie donc de m’écouter.

Hier, j’ai vécu une sensation proche, peut-être, de celle d’une femme ou d’un homme respectable, dont on aurait innocemment montré les dessous.
Continuer la lecture de “Maps” nous parle 

Ne me dites pas que….

“Premiers retours sur la journée 1 de la Master Class de marcela polanco… Ça secoue !”

Martine Compagnon

Felipe Guamán Poma de Ayala produit en 1615 la première documentation décoloniale contre l’impérialisme espagnol.
Felipe Guamán Poma de Ayala produit en 1615 la première documentation décoloniale contre l’impérialisme espagnol.

Ne me dites pas que depuis toutes ces années, je souris de l’idée que les pratiques narratives ont puisé leurs racines dans des territoires australien et néo-zélandais “heureusement éloignés de l’Europe et de l’influence de la psychanalyse freudienne dans l’accompagnement thérapeutique”, et se sont nourries de la présence de peuples millénaires ?

Ne me dites pas que, vibrante d’émotion, je relis régulièrement la charte éthique des pratiques narratives en organisation, qui me demande combien, ou comment, mon intervention garantit que les voix minoritaires seront entendues ?
Continuer la lecture de Ne me dites pas que…. 

David Denborough, songwriter on top of the world

David Denborough est à Paris pour 3 jours de Master Class, aujourd’hui, demain et samedi. Créateur des Pratiques Narratives Collectives, David a été de longue date élève, puis ami et associé de Michael et Cheryl White. Ce surdoué, à la fois conteur, musicien, travailleur social, auteur de théâtre et de livres, a profondément inspiré toute la transposition des idées narratives au domaine du coaching. Notre amie Caroline Tsiang nous a fait le cadeau de scriber cette Master Class puissante, émouvante, et inspirante :
Continuer la lecture de David Denborough, songwriter on top of the world 

Master Class Paris 2019 avec David Denborough

La Fabrique Narrative a la chance de faire revenir David Denborough en France. Il animera une master class de 3 jours du 9 au 11 mai à l’Enclos Rey, 57 Rue Violet Paris 15e.

David Denborough compte parmi les principaux fondateurs de l’approche narrative. Il a été aux côtés de Michael White, Cheryl White et David Epston depuis les tous débuts du développement des idées narratives dans les années 80. En tant que thérapeute, travailleur social et musicien, il a développé un ensemble de techniques et d’approches originales issues de son travail dans le monde entier sur le trauma, la souffrance et la justice sociale.

Le programme est en cours de constitution et nous reviendrons vers vous dès que possible.

La traduction simultanée sera une fois de plus assurée par l’infatigable Elizabeth Feld.

C’est donc le moment de bloquer ces dates dans votre agenda et de vous inscrire, sachant qu’il y a moins de  100 places !

Renseignements : Téha Galliano, lafabriquenarrative@gmail.com

Lien pour s’inscrirehttps://www.weezevent.com/master-class-paris-2019-avec-david-denborough

Billetterie Weezevent

Poéthique

Micro-Manifeste de Poésie Dé-Libérée et Politique
En hommage et remerciements à Sanni Paljakka et Tom Carlson.

Rue de Vaugirard durant ces deux journées
Poésie nous a … ensorcelé.e.s,
Enjôleuse et implacable.
Enjôleuse :
Je serai votre Juliette,
Soyez mes Roméo
Faites-moi don de vos mots !
Implacable :
Je suis celle que vous ne croyez pas
Je ne suis pas Poésie jolie,
“Mignonne
Allons voir si la rime…”
Je suis Acte délibéré
Politique
Je suis
Po-éthique !

Continuer la lecture de Poéthique 

Des questions qui sauvent des vies

Par Pierre Blanc-Sahnoun

Beaucoup de thérapies autorisent que l’on écrive sur les personnes qui elles, en revanche, n’ont pas tellement le droit de changer le texte qui parle d’elles. “Contribuer au développement d’une histoire riche est l’acte le plus thérapeutique qui soit”, nous a dit David Epston lors de sa master class d’octobre dernier.

Quelle est la différence entre une histoire riche et une histoire pauvre ? Comment certaines histoires s’y prennent-elles pour rétrécir les autres et à l’issue d’une sorte de duel, conquérir notre loyauté ? Dans un procès, ce sont les jurés, ou le juge, qui en dernier ressort, décident au nom de la communauté, de la “vraie histoire”. Comment contrer l’histoire de l’accusation ? Parce que c’est ce que nous, praticien.ne.s narratif.ve.s, faisons tout le temps. Comment vous y prendriez vous, en tant qu’avocat.e.s pour contester la version du procureur et la description identitaire de l’accusé comme un “criminel” ? Pour établir que la personne n’a pas pu faire cela parce que ça ne correspond pas à son personnage ? Il y a beaucoup à apprendre de ces avocats marrons qui arrivent à faire acquitter des gens dont tout le monde sait qu’ils sont coupables. Ils arrivent à faire “raisonnablement douter” le jury. Le doute raisonnable : un début d’enrichissement de l’histoire du client, déjà l’esquisse d’une plaidoirie. Notre métier est d’influencer le verdict. David dit : “Nous aidons nos clients à devenir de meilleurs écrivains. Pour cela, il faut déjà le devenir nous-mêmes. Donc savoir manier ce qui fait une bonne histoire : le mystère, l’intrigue, les rebondissements. (Citant Michael White) Engager l’intérêt, puis la curiosité, puis la fascination pour leur propre vie. Dire que si quelqu’un est digne de respect, c’est qu’il possède des valeurs auxquelles nous devons le respect.”

Continuer la lecture de Des questions qui sauvent des vies 

Un exercice périlleux suite à la Master Class de David Epston

Par Isabelle Molard

white_t_shirtIWP ? Est-ce que cela vous dit quelque chose ?

Ou bien Insider Witnessing Practices ? Est-ce que cela vous aide davantage ?

Alors, je me lance dans l’exercice et que David soit indulgent sur les dérives que je vais faire en me prenant pour lui.

Le praticien narratif (PN) ou le Pierre Narrateur (si je peux me permettre de l’emprunter) :

Isabelle, avant toute chose, sache que ce que tu vas écrire sera vu par David, c’est pour lui que tu le fais, il pourra ensuite s’il le veut faire un retour sur ce qu’il pense qui est vrai dans ce que dit le David d’Isabelle et ce qui ne lui semble pas vraiment juste dans ses propos. Il pourra aussi dire ce que ces propos lui inspirent pour sa propre vie, vers quoi cela l’amène à penser.

Donc, si tu étais David et en parlant comme si c’était lui qui parlait, que peux-tu nous dire de ces 3 jours à Bordeaux et de ton expérience de conférencier ? Continuer la lecture de Un exercice périlleux suite à la Master Class de David Epston 

Lettre à D. Histoire d’un amour

Par Catherine Vérilhac

andre-gorz-lettre-a-dJe partage avec vous, un petit bout de ce joli livre d’André Gorz que je viens de lire, Lettre à D. Histoire d’un amour.

Il y écrit sur l’amour bien sûr, et c’est de son amour dont il parle, c’est donc narratif, à double titre si je puis dire :

“J’ai eu beaucoup de difficultés avec l’amour (auquel Sartre avait consacré environ trente pages dans L’Etre et le néant) car il est impossible d’expliquer philosophiquement pourquoi on aime et veut être aimé par telle personne précise à l’exclusion de toute autre”.

Plus loin il poursuit en parlant de son amour :

“… montrer comment mon amour pour toi, mieux : la découverte avec toi de l’amour, allait enfin m’amener à vouloir exister ; et comment mon engagement avec toi allait devenir le ressort d’une conversation existentielle”, “… l’amour doit mépriser l’argent”.

Il évoque aussi, plus loin, ses valeurs et ses engagements et notamment à propos de l’acquisition d’une automobile :

“Elle ne nous a pas empêchés de tenir la motorisation individuelle pour un choix politique exécrable qui dresse les individus les uns contre les autres prétendant leur offrir le moyen de se soustraire au lot commun”. Continuer la lecture de Lettre à D. Histoire d’un amour